Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

La vogue du tourisme économique

12/10/2006 - par Lionel Lévy

Quelque vingt millions de personnes visitent des entreprises chaque année. Des opérations de communication externe censées aussi créer du lien en interne.

JNPO ». Le sigle est peu connu du grand public et pourtant... Les Journées nationales portes ouvertes des entreprises, créées en 2003 par les Chambres de commerce et d'industrie, attirent tous les ans des centaines de milliers de visiteurs. Cette année, du 9 au 16 octobre, pas moins de deux mille entreprises y participent, dont quelques grands noms comme Nexter (ex-Giat Industries), Michelin ou encore Bonduelle. Leurs motivations sont diverses. « Certaines accueillent le public pour faire découvrir leurs produits et leurs métiers, d'autres pour attirer de nouvelles recrues ou mieux s'intégrer dans l'environnement local, explique Bernard Giroux, directeur des relations extérieures de l'Assemblée des chambres françaises de commerce et d'industrie (ACFCI). Toutes intègrent ces opérations dans leur stratégie globale de communication. » Et nombre d'entreprises n'attendent pas les JNPO pour ouvrir leurs portes au grand public. « Aujourd'hui, près de dix mille d'entre elles reçoivent chaque année vingt millions de visiteurs, soit un Français sur trois », affirme Bernard Giroux. Après le tourisme culturel, humanitaire ou vert, le tourisme économique est devenu tendance.

Ne rien laisser au hasard

Les entreprises de communication et de médias ne sont pas en reste. France Télévisions, BETC Euro RSCG ou Le Monde ont profité des dernières Journées du patrimoine pour ouvrir leurs portes au public. L'agence du groupe Havas sise rue du Faubourg-Saint-Martin, sensibilisée par la mairie du Xe arrondissement de Paris et l'association Histoire et vie, a décompté quatre cents visiteurs accueillis le samedi 16 septembre par Michèle Cohen, directrice de création. Pour visiter les locaux du Monde, boulevard Auguste-Blanqui (XIIIe), ce ne sont pas moins de deux mille personnes qui ont fait le pied de grue ce même jour, de 8 heures à 17 heures. Accueil du patron, Jean-Marie Colombani, visites des bureaux de la direction, passage au cinquième étage à la table de bouclage, le tout agrémenté de vidéos d'Hubert Beuve-Méry, fondateur du journal, de Gérard Courtois ou d'Éric Fottorino, les directeurs de la rédaction, présentant les phases clés de la fabrication du journal. Quid des « plumes » du Monde ? « Le samedi après midi, il n'y a quasiment pas de journalistes à la rédaction, explique Olivier Biffaud, délégué général de la rédaction. Mais une cinquantaine d'entre eux étaient volontaires pour encadrer les différents groupes, de manière répondre à d'éventuelles questions. » Pour ce faire, la direction a informé les éventuels étourdis sur les chiffres et dates clés du journal. Rien n'a été laissé au hasard, sauf peut-être l'entretien des ascenseurs (un groupe de visiteurs est resté bloqué de longues minutes entre deux étages). « Cela faisait vingt ans que nous n'avions pas ouvert nos portes au public et, franchement, nous n'avons eu que des encouragements », se félicite Hélène Mazzella, directrice de la communication du quotidien. De quoi être soulagé, pour un journal chahuté par ses lecteurs lors de la sortie, en 2003, du pamphlet La Face cachée du Monde, de Pierre Péan et Philippe Cohen. Pas une question de visiteur non plus sur la fastueuse architecture intérieure au vu des difficultés économiques du journal. Mais plus que l'hostilité, les journalistes présents redoutaient l'indifférence. « Les appréhensions ne portaient pas sur d'éventuelles questions virulentes, il y a bien d'autres voies que les Journées du patrimoine pour se plaindre, souligne Pascale Robert-Diard, chroniqueuse judiciaire au Monde. À force d'entendre que la presse quotidienne est en perte de vitesse, on avait surtout peur que personne ne vienne. » Au final, Olivier Biffaud parle d'« une opération de communication externe qui a fini par donner du baume au coeur en interne ». Du coup, Le Monde n'exclut pas de renouveler l'opération lors des prochaines Journées du patrimoine.

Des visiteurs impressionnés

Ouvrir ses portes au public est davantage une habitude à La Dépêche du Midi, à Toulouse. Depuis dix ans, quelque soixante-dix mille personnes visitent chaque année les locaux du quotidien régional. « Localement, c'est un outil de communication phénoménal, s'enthousiasme Patrick Rosa, en charge de la promotion du journal. Le lien étroit tissé avec la population par ce biais nous permet de doper nos ventes. Les gens ressortent de ces visites impressionnés. » D'ailleurs, le journal n'oublie pas de proposer à la fin du parcours un abonnement promotionnel à ses hôtes...

Pour organiser ces visites, la direction fait appel à un prestataire, Taxi Way. Cette société s'occupe de la scénographie des visites, de la sécurité des personnes accueillies mais également de l'harmonisation et de la maîtrise des messages de communication de l'entreprise. « S'il y a le moindre couac dans l'organisation, comme l'incapacité à répondre à certaines questions ou des attentes du public non identifiées, ces visites peuvent avoir un impact désastreux en termes de communication », souligne Philippe Nau, PDG de Taxi Way, qui travaille aussi pour Airbus. L'avionneur organise des circuits de découverte (11 euros par personne) de ses chaînes d'assemblage depuis quatorze ans. Cela séduit 150 000 visiteurs par an. « Les gens viennent découvrir les coulisses de l'exploit de la conception des A320 et A380, tandis qu'en interne, ces opérations flattent l'égo individuel et collectif des salariés », estime Philippe Nau. Malgré le retard pris par l'A380 et le programme annoncé de réduction des coûts et des effectifs, « les visites ne s'arrêteront pas », affirme Jacques Rocca, directeur de la communication d'Airbus France. L'absence totale de contact entre visiteurs et salariés dans ces « portes ouvertes » y est sans doute pour beaucoup.

www.decouverte-economique.com

Envoyer par mail un article

La vogue du tourisme économique

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies