Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

La Marine appelle les médias en renfort

09/11/2006 - par Delphine Le Goff

La Grande Muette l'est de moins en moins. Les corps d'armée ouvrent grand leurs portes aux journalistes. Un moyen de soigner son image, et de motiver les troupes.

Les « chiens jaunes » du Charles-de-Gaulle seraient-ils blasés ? C'est en tout cas avec un art consommé des médias que les recrues qui règlent le ballet des avions et des hélicoptères sur le pont du porte-avions, répondaient aux questions de vingt journalistes, conviés le 25 octobre à Toulon par la Délégation à l'information et à la communication de la Défense (Dicod). Objet de cette visite : la projection du premier volet de Corps d'élite, une série de cinq documentaires sur l'armée diffusée à partir du 5 décembre sur Planète Choc (Groupe Canal +). ­Hasard du calendrier : la veille de l'avant-­première, on pouvait voir en deuxième partie de soirée sur TF1 un numéro de l'émission Appels d'urgence, consacré aux pilotes de chasse du ­bâtiment, que les équipes de la première chaîne ont suivis en opération au large du Pakistan. « J'ai déjà été interviewé par plusieurs télévisions et radios », explique un jeune « chien jaune », pas peu fier. Les journalistes seraient-ils devenus des passagers permanents des unités de la Grande Muette ? « Le bateau n'appartient pas à la Marine, rectifie le commandant Denis Béraud, qui recevait les journalistes ce 25 octobre dans son « carré » du Charles-de-Gaulle. Il est payé par le contribuable et un millier d'entreprises ont participé à sa construction. Il est normal de laisser nos portes ouvertes. »

Rétablir le « lien armée-nation »

D'autant que cela permet d'entretenir l'esprit de corps... « Les reportages effectués sont un grand sujet de fierté en ­interne », reconnaît le lieutenant-­colonel André Étancelin, chef du ­bureau de la politique audiovisuelle de la Dicod. Ce dernier compte d'ailleurs intensifier les collaborations avec les sociétés d'audiovisuel. « Nous traitons actuellement 220dossiers par an, et nous ambitionnons de passer à 400 demandes », explique André Étancelin. Objectif ? Entretenir ce que, dans le jargon militaire, on appelle « le lien armée-nation ». « Ce lien existait fortement avant 1998 grâce au service obligatoire, mais depuis la fin de ce dernier, il s'est délité », constate-t-il. « Accompagner des feuilletons comme Une femme d'honneur, qui met en scène la gendarmerie, ou des films comme Indigènes, dans lequel nous avons été très impliqués, permet de restaurer ce lien. » Et, par là même, de recruter... « Nous avons longtemps axé notre communication sur la presse écrite spécialisée dans l'armée. Mais aujourd'hui, l'image est plus importante que l'écrit. ­Surtout auprès des jeunes », reconnaît André Étancelin, ancien publicitaire chez FCA et Young&Rubicam.

Ce dernier veut par ailleurs multiplier les opérations événementielles comme l'avant-première du 25 octobre. Pour optimiser les services rendus aux sociétés audiovisuelles, reste à ­régler un nouveau problème de ­management : faire collaborer étroitement les différents corps d'armée. « Certains de nos systèmes sont ­redondants, reconnaît André Étancelin. Nous tentons actuellement de mutualiser nos ressources, également dans un souci d'économies d'échelle. » Dans ce grand mouvement d'ouverture, restent des membres de l'armée qui souhaitent plus que tout rester muets. « Un bon nombre des demandes que nous recevons concernent les opérations spéciales, les combattants de l'ombre, infiltrés dans des pays où il est indispensable de garder l'anonymat, remarque le lieutenant-colonel. Là, nous ne pouvons donner suite... »

Envoyer par mail un article

La Marine appelle les médias en renfort

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.