Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Les écoles de journalisme s'adaptent au marché du travail

16/11/2006 - par Hélène Foyer

Si la profession attire toujours autant les jeunes, les places sont de plus en plus rares et les métiers évoluent. Aussi, les écoles accueillent moins d'étudiants et développent l'enseignement du journalisme en ligne.

Plus de formations reconnues, mais moins de travail à la sortie. Connaissant bien cette situation, les écoles et masters de journalisme tentent d'y faire face. D'abord en recrutant des promotions réduites, un choix fait par l'école de journalisme de l'Institut d'études politiques de Paris dès sa création, avec une quarantaine d'étudiants. Le Centre de formation des journalistes (CFJ), lui, est passé de 50 à 35 étudiants depuis deux ans : « Le problème se pose après les CDD d'été de fin de formation. Certains ne trouvent même pas de piges, c'est de plus en plus l'entonnoir », constate Fabrice Jouhaud, directeur général du CFJ. « Actuellement, si 2 ou 3 étudiants, sur une promotion de 25, décrochent à la sortie un contrat à durée indéterminée, c'est bien », témoigne Hervé Demailly, coresponsable du master de journalisme du Celsa.

Démarche différente à l'École supérieure de journalisme (ESJ) de Lille, où les effectifs restent à 50, sans compter les étudiants étrangers accueillis. « Bien sûr, il y a une précarisation croissante sur le marché du travail. Mais sur les nouvelles cartes de presse données chaque année, seule une minorité concerne des étudiants issus des formations reconnues », explique Éric Maitrot, directeur des études.

Polyvalence

L'autre évolution concerne le développement de l'initiation au journalisme en ligne. « La formation Internet est indispensable, il faut même l'augmenter. Je crois beaucoup à la polyvalence. Il faut être opérationnel sur les différents médias : vidéo, écrit et son », souligne Rémy Rieffel, directeur du master de journalisme de l'Institut français de presse. « Internet devient une plate-forme dans laquelle s'intègrent les médias classiques », renchérit Éric Maitrot. Depuis deux ans, la part du multimédia a été renforcée à l'ESJ de Lille, les travaux de 1re et 2e années sont totalement plurimédias. Les étudiants de 2e année du Celsa pourront suivre une spécialisation mêlant presse écrite et Internet. Au CFJ, une filière multimédia, ouverte aux étudiants de 2e année, fonctionnera de nouveau en janvier. Lancée au moment de la bulle Internet, la filière avait été fermée suite à l'éclatement de cette dernière. Selon Fabrice Jouhaud, il importe de préparer les étudiants aux contraintes techniques et éditoriales liées à Internet. Ce qui incite Jean-Claude Lescure, directeur de l'école de journalisme de l'IEP, à encourager « vivement » ses étudiants « à s'orienter vers les supports dématérialisés plutôt que les supports papier ».

Envoyer par mail un article

Les écoles de journalisme s'adaptent au marché du travail

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.