Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

L'INA crée son école

01/03/2007 - par Amaury de Rochegonde

L'Institut national de l'audiovisuel lancera à la rentrée une nouvelle école de l'audiovisuel et du numérique qui promet d'offrir d'abondants débouchés.

Notre position n'est pas de former des techniciens sensibilisés aux contenus, ni des créateurs sensibilisés à la technique, mais des responsables sensibilisés aux deux. » C'est par ces mots que Jean-Michel Casalta, directeur de l'INA Sup, définit le code génétique de son école, qui ouvrira ses portes le 8 octobre. S'il existe bien des masters réputés sur l'audiovisuel, ceux de l'INA s'appuieront sur une expérience pédagogique reconnue dans la formation continue. Déjà 28 000 personnes sont venues se former à l'INA, à la fois présent sur la conservation du patrimoine et sur le métier de producteur de télévision. Fort logiquement, les deux masters correspondent donc à ces deux filières. La spécialité « gestion audiovisuelle et numérique », qui accueillera 20étudiants, entend former des managers capables d'intégrer les paramètres à la fois artistiques et économiques de la production et de l'édition sur tous les supports. « Dans le système anglo-saxon, cela fait longtemps que le producteur peut à la fois faire réécrire un scénario et chercher des financements », constate Emmanuel Hoog, président de l'INA. Gestion, négociation et management côtoieront donc des domaines comme l'expertise scénaristique et l'analyse des représentations iconiques.

L'autre filière, qui comprendra aussi 20 élèves, touche à la conservation des patrimoines audiovisuels et numériques. Contrairement à ce qu'on pourrait penser, il ne s'agit pas seulement de former des professionnels pour l'INA, mais d'acquérir des compétences dans un créneau en plein développement. « Les débouchés ne sont pas seulement dans l'audiovisuel, précise Jean-Michel Casalta. Il n'est pas un secteur d'activité qui sera étranger à la problématique de la conservation de son patrimoine numérique. Cela va de l'imagerie médicale à l'industrie aéronautique ou nucléaire. »

Liens avec le monde du travail

L'INA est en effet pourvu d'une expertise incontestable dans ce domaine : 600 salariés travaillent au chantier de la conservation, ses méthodes d'archivage numérique font école dans le monde entier. La formation peut en tout cas se révéler précieuse pour former les professionnels qui intégreront les plates-formes de vidéo à la demande qui sont en train d'émerger. L'INA Sup peut en outre faire valoir son ouverture sur le monde du travail (un tiers des enseignants seront issus de l'audiovisuel et du multimédia) et sur l'étranger (des accords de collaboration ont été signés avec des universités de LosAngeles, Pékin et Madrid). « Nous ne sommes pas une fac qui essaye d'entrer en contact avec un monde professionnel qu'elle ne connaît pas bien, conclut Emmanuel Hoog. Une première année chez nous sera quasiment une première année professionnelle. »

www.ina.fr

Envoyer par mail un article

L'INA crée son école

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.