Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Littéraires, bienvenue chez nous

08/03/2007 - par L.L.

Sept grandes entreprises viennent de signer le projet Phénix, une opération qui les engage à recruter et former des étudiants diplômés en sciences humaines.

Et si le Phénix renaissait de ses cendres ? Le Phénix, c'est l'université, que certains considèrent comme une « voie de garage ». Depuis peu, c'est aussi le nom du projet lancé par le cabinet d'audit et de conseil ­PricewaterhouseCoopers (PWC) ­visant à inciter les entreprises à embaucher des littéraires issus de l'université. Soutenue par le Medef et la Confédération étudiante, l'opération engage, à côté de PWC, six groupes (Renault, Axa, Coca-Cola, Siemens, HSBC et la Société générale) à recruter dès septembre prochain 70 étudiants des universités de Marne-la-Vallée, Paris I, III, IV et XIII (Créteil) de niveau master 2 en sciences humaines et sociales.

En province aussi

Une aubaine pour les étudiants en philosophie, sociologie, lettres ou histoire, qui peinent à entrer sur le marché du travail (lire l'encadré), les entreprises leur préférant jusqu'à présent les étudiants issus d'écoles de commerce. Cerise sur le gâteau, les postes proposés sont des CDI au statut cadre, les sociétés s'engageant à financer une formation de trois mois pour mettre ces étudiants à niveau en économie et finance. Coût total du budget de formation : environ 300 000 euros. « 70 postes, cela peut paraître dérisoire, mais l'important est d'ouvrir la brèche en prouvant que les étudiants de l'université sont largement aussi capables que ceux des écoles de commerce », insiste Bernard Deforge, doyen de la faculté de Caen, chargé du pilotage du projet auprès du président de PWC.

De leur côté, les entreprises y voient un moyen de développer leur créativité. « Pour les entreprises, diversifier le recrutement, c'est accroître la capacité d'innovation, estime Serge Villepelet, PDG de PWC France. C'est aussi offrir aux clients un regard neuf et permettre aux équipes de penser différemment. »

Mais, comme toujours avec ce genre d'initiative, gare aux effets d'annonce. « Nous souhaitons démultiplier l'opération l'année prochaine auprès de facultés de province et d'autres entreprises, mais pas n'importe comment, assure Bernard ­Deforge. Des entreprises ont voulu s'engager, mais sans débourser les moyens de la formation des étudiants. Nous leur avons dit non et nous continuerons à le faire. »

Envoyer par mail un article

Littéraires, bienvenue chez nous

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.