Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Lagardère veut des départs, Europe 1 des arrivées

08/03/2007 - par Amaury de Rochegonde

Alors que Lagardère travaille sur un plan de réduction des coûts dans le groupe, les syndicats de la station demandent une trentaine de postes supplémentaires.

lndisciplinée Europe 1. » Le slogan de la campagne publicitaire de la station aurait pu être utilisé à usage interne le 15 février, lorsqu'une ­assemblée générale a mis le personnel de la radio du groupe Lagardère à deux doigts de la grève. En cause : le plan stratégique présenté fin janvier par ­Didier Quillot, PDG de Lagardère Active Média, qui vise à réduire de 7 à 10 % les effectifs de ce géant des médias. Comme les autres entités du groupe, Europe 1 serait concernée, même si ce sera sans doute dans des proportions moindres. « La direction nous a annoncé sa volonté de mettre en place un guichet départs et que nous devrions contribuer à l'effort, explique Olivier Samain, délégué SNJ. Or l'effort, nous l'avons réalisé en amont. Depuis trois ans, il n'y a plus d'augmentation générale des salaires et un plan d'économies qui se traduit par le non-remplacement des départs. Notre président, Jean-Pierre Elkabbach, l'a reconnu : Europe 1 est au bord de la rupture ! »

Pour preuve, les syndicats mettent en avant de mauvaises conditions de travail avec des « journées démentielles » qu'impliquent huit heures et demie d'information par jour (sans compter Europe Sport de 20 h à 22 h 30). ­Europe1 se revendique comme étant la station la plus productive de la place de Paris, avec notamment des équipes de reportage très insuffisantes. Loin d'accepter placidement les réductions d'effectifs anticipées dans le cadre du plan Lagardère, les syndicats montent donc au front pour réclamer... des embauches. Au total, ils estiment qu'il faudrait créer 28 postes, sur un effectif global de 400, dont une dizaine à la rédaction (sur 120 journalistes). « Nous ne sommes pas contre le saut numérique voulu par Didier Quillot, poursuit Olivier Samain, mais pour franchir les haies, il nous faut toute notre musculature. Or on nous a taillé dans la graisse, puis dans le muscle. »

Poule aux oeufs d'or

Le plan stratégique de Lagardère intervient à un moment où Europe1 connaît une petite faiblesse dans les sondages Médiamétrie, à 8,9 % d'audience cumulée en novembre-décembre 2006. De quoi justifier des mesures préventives ? « Le curseur, ce n'est pas Médiamétrie, sachant que nous étions à 8,2 % il y a dix ans, estime Jerry Lavigne, délégué CFDT. Ce qui compte, c'est la qualité de l'antenne car c'est grâce à cela que nous faisons la différence, avec un chiffre d'affaires publicitaire record en 2006 et 30 % de marge. » Pour lui, toute réduction d'effectifs conduirait inévitablement à affecter l'antenne et, ce faisant, « à tuer la poule aux oeufs d'or ».

Lundi 5 mars, une troisième réunion d'un groupe de travail a tenté de trouver une issue à ce conflit larvé. Jean-Pierre Elkabbach a accepté d'engager des négociations et travaillerait sur une réorganisation de la rédaction. « Il cherche à ramener le calme et n'a pas d'opposition de principe au fait d'embaucher », affirme l'un de ses proches. Selon les syndicats, son management ne ­serait pas en cause, même si l'homme est souvent absent pour cause de présidence de Public Sénat ou de réunions au sein du groupe Lagardère. « Son métier, c'est l'antenne, relève Jerry ­Lavigne, pas de faire le DRH. Or il y a une mauvaise gestion du personnel et une communication floue. » Marc Tronchot, directeur adjoint de la rédaction, rappelle que « JPE » est un journaliste, qu'il a donc tendance à défendre cette collectivité, et qu'il reconnaît que la rédaction est à flux tendu. « Ce n'est pas un patron au sens où on l'entend dans le CAC40 », remarque-t-il. Le 25 janvier, lors d'un déjeuner de presse en présence de ­Didier Quillot, il a pourtant rebondi sur l'annonce d'un plan de conquête d'un point de marge supplémentaire par an en disant : « À Europe 1, rien ne nous empêche de faire plus de 1 point. »

Envoyer par mail un article

Lagardère veut des départs, Europe 1 des arrivées

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.