MARKETING COMMUNICATION MEDIAS

Date de parution :

Votre Flux Rss Stratégies Management

La culture générale fait faute dans l'entreprise

15/03/2007 -

De plus en plus de salariés présentent de graves lacunes en orthographe et en culture générale. Des déficiences susceptibles de freiner leur carrière et d'écorner l'image de l'entreprise. Pour ne froisser personne, une communication astucieuse s'impose.

Désolé, je n'ais pas le tant de me déplasser. » Le courriel d'Aurélien, un cadre commercial d'une grande entreprise de distribution, en réponse à la tenue d'une réunion de service, est emblématique des difficultés orthographiques rencontrées par certains salariés. Alors que la douzième Semaine de la langue française bat son plein (du 10 au 20 mars ), le niveau d'orthographe des salariés français semble s'être sévèrement dégradé depuis plusieurs années. Participes passés non accordés, verbes mal conjugués, incohérence des phrases... « Les outrages à la langue française sont de plus en plus fréquents en entreprise », constate Bernard Fripiat, « coach en orthographe » dans une demi-douzaine d'organismes de formation. À qui la faute ? Certains évoquent les insuffisances de l'Éducation nationale, d'autres l'utilisation massive des SMS... Tous observent qu'on n'a jamais autant écrit dans l'entreprise. Mais il n'est pas toujours aisé de se concentrer sur sa syntaxe et son vocabulaire lorsqu'on doit rédiger chaque jour des dizaines de courriels, notes et autres mémos.

Astuces et doigté

« Contrairement aux idées reçues, les quadragénaires et quinquagénaires ne sont pas moins concernés par les problèmes d'orthographe que les jeunes, estime Bernard Fripiat. De même, depuis deux ans, les cadres supérieurs sont aussi nombreux que les secrétaires dans mes stages. La différence, c'est qu'ils viennent en cachette. » Difficile d'assumer ses fautes d'orthographe lorsqu'on est haut placé. Mais, même au bas de l'échelle, le tabou demeure. Un casse-tête pour les entreprises, conscientes de l'effet désastreux sur leur image d'un document truffé de fautes envoyé à un client, mais qui ne peuvent prendre le risque d'humilier leurs salariés en les inscrivant contre leur gré à une formation en orthographe.

Pour résoudre ce dilemme, chacun a ses petites astuces. Chez Veolia ­Environnement, engagé depuis plusieurs années dans la lutte contre l'illettrisme, plutôt que de proposer des formations consacrées aux salariés, le groupe traite la question dans une démarche globale d'appropriation des compétences. Parallèlement aux tests d'écriture et de lecture, les salariés (à 80 % des ouvriers) sont évalués sur leur comportement au travail (relation client, vie en équipe, sécurité, qualité, maintenance, etc.). « Certains déploient des trésors d'imagination pour cacher leurs lacunes en lecture et en écriture, explique Christiane Bressaud, chargée de mission à la direction de la prospective sociale chez Veolia. Aussi, il est fondamental de ne pas froisser les salariés en les stigmatisant. Il s'agit au contraire de banaliser le sujet en les mettant dans une stratégie de réussite et non d'échec. »

Les autres entreprises proposant à leurs salariés de perfectionner leur orthographe agissent toutes avec le même doigté. Psychologie élémentaire oblige, la plupart présentent cette formation sous des vocables très pudiques : communication écrite dans l'entreprise, techniques usuelles de communication, etc. Et certaines tentent de débusquer les « fossoyeurs de Molière » dès l'entretien d'embauche. « On ne peut décemment pas proposer à nos candidats une dictée, souligne Isabelle Grevez, responsable du recrutement chez PricewaterhouseCoopers. Mais, depuis cinq ans, nous testons leur compétence en français - orthographe, agencement des idées, etc. - par le biais de questions autour de l'idée qu'ils se font du métier de consultant. » Et s'ils sont mauvais en français ? « Si leur technicité est très pointue, le reste n'est que littérature. »

Un élément qui joue dans l'évolution de carrière

L'orthographe, considérée par Lamartine comme « l'intelligence des imbéciles », n'empêcherait donc pas de faire carrière, le contenu du message primant encore le respect de la langue. En revanche, la culture générale serait un élément plus discriminant dans l'évolution de carrières. « Nous avons interrogé l'année dernière quelques grands patrons d'entreprise, notamment Denis Kessler, du réassureur Scor, Michel Pébereau, de BNP Paribas, et Henri de Castries, d'Axa, sur le sujet, raconte Jean-Damien Pô, directeur des études de l'Institut de l'entreprise. Il ressort clairement qu'à partir de 35 ans, les parcours professionnels cessent de se jouer sur un terrain purement technique. Émergent alors ceux capables de s'abstraire des considérations strictement liées à leur coeur de métier. Or, la culture générale favorise clairement cette aptitude. »


Page 1/2
L'illettrisme en bref

9 %. Part de la population adulte (18 à 65 ans) en France en situation d'illettrisme, ce qui représente 3,1 millions de personnes.

1,6 million. Nombre de Français en situation d'illettrisme exerçant une activité professionnelle.

15. Nombre de fautes en 2005, contre 8 en 1987, sur une dictée identique proposée à un échantillon de 2 767 élèves de 123 classes, du CM2 à la troisième.

18. Nombre de PDG coachés individuellement par Bernard Fripiat cette année, soit deux fois plus que l'année précédente.

Sources : Insee, Ancli et l'ouvrage Orthographe, à qui la faute ?

Sur le même sujet :
Un nouveau magazine pour les «timbrés de l’orthographe»
Les Éditions de l'opportun ont conçu un magazine entièrement consacré à la langue française, Les Timbrés de l'orthographe. Tiré à 25 000 exemplaires, le premier...
Les relations publiques deviennent les relations publics
Lorsque l'on parle chez nos voisins de "Public Relations", il s'agit de relations avec les publics, entendez par là relations avec les parties prenantes qui...
Pascal Gaillard : Kosmopolitain
Kosmos avec un K ! »Pascal Gaillard, en général, n'en dit pas plus quand il présente sa société. Il s'assure juste que l'orthographe sera respectée. Ce jour-là,...
LES RELATIONS PUBLICS SUR TOUS LES FRONTS
«Nous avons tous des cernes et le sourire aux lèvres.» C'est ainsi que Thierry Wellhoff, président de l'agence Wellcom et du Syntec RP, le syndicat professionnel des...
Trop de courriels tue le courriel
Une demi-journée pour lire cent soixante-douze e-mails, deux jours pour y répondre ! », soupire Pascale Sgarzi, de retour de vacances. Cette directrice générale...
Vos commentaires

Réagissez à cet article
Merci de vous identifier afin de pouvoir publier un commentaire : Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

STRATEGIES SUMMIT
Annuaires professionnels en ligne

STRATEGIES SERVICES