Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Crédit d'impôt, fonds de soutien et intermittents tirent la croissance

19/04/2007 - par Amaury de Rochegonde

Les chiffres communiqués par la région Île-de-France, en association avec Audiens, montrent une progression de 9% de l'emploi dans l'audiovisuel et le cinéma en 2005.

La Commission des films d'Île-de-France s'est associée à Audiens (organisme de protection sociale pour les métiers de l'audiovisuel, de la communication, de la presse et du spectacle) pour mesurer l'évolution des emplois dans la production francilienne. Les données communiquées début avril, qui concernent l'année 2005, montrent une progression de 9 % du nombre de personnes déclarées, soit 114 000 individus. Miracle à la française ? En fait, cette embellie apparente est imputable à la croissance du nombre d'intermittents (+ 10 %, contre + 5 % pour les permanents) et à l'évolution positive des métiers du cinéma (+ 11 %). Sur le plan de la masse salariale, la hausse est sensiblement moins importante (+ 7,8 %), du fait de périodes d'emploi plus courtes et de salaires moins élevés.

Concurrence étrangère

L'emploi dans la région parisienne a en fait essentiellement profité du crédit d'impôt pour le cinéma et l'audiovisuel, qui a permis de dégager 40 millions sur chacune de ces deux branches. En outre, la création d'un fonds de soutien à la région Île-de-France de 14 millions d'euros a permis de localiser les emplois dans le bassin parisien. Si l'on y ajoute les tournages de grands films étrangers (Marie-Antoinette, Da Vinci Code, etc.), le surcroît de travail se comprend aisément.

L'année 2007 s'annonce plus difficile. L'Allemagne et la Grande-Bretagne viennent elles aussi de mettre en place un crédit d'impôt qui prévoit un abattement de 20 % pour les productions étrangères. De quoi concurrencer la production en France, notamment dans la publicité, où on compte 640films mais dont 70 % sont tournés à l'étranger. Un phénomène qui, heureusement, ne s'aggrave pas. La politique des Monuments nationaux incite aujourd'hui L'Oréal à choisir le Palais-Royal ou la marque immobilière chinoise Beverly Hills à tourner à Vaux-le-Vicomte.

Envoyer par mail un article

Crédit d'impôt, fonds de soutien et intermittents tirent la croissance

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.