Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Tests pour la négociation

14/06/2007 - par David MEDIONI

En grève une journée pour la première fois depuis la création du groupe, les salariés de Tests ont obtenu de la direction un début de renégociation du plan de restructuration.

Arrêt de six magazines, vente de cinq autres et suppression de 40 % des effectifs. Voilà la substance du plan de restructuration proposé par le groupe Next Radio TV présidé par Alain Weill, propriétaire ­depuis avril dernier du groupe de presse professionnelle Tests. « Ce plan est inacceptable, lance Abel Faïd, porte-parole de l'intersyndicale FO-CGT-CFDT-SNJ. Non seulement nous avons été prévenus au dernier moment, mais en plus il ne répond à aucune logique industrielle, aucune volonté de développement et n'obéit qu'à une logique de réduction des coûts. » Résultat : environ 300journalistes sur les 400 que compte le groupe ont fait grève - une première dans l'histoire de Tests - le jeudi 7 juin, après avoir présenté leurs revendications à la direction. À savoir la renégociation du plan et une discussion sur la stratégie ­industrielle de l'entreprise.

Volte-face directoriale

Face à l'ampleur de la grogne, la ­direction, représentée par le directeur général du groupe, Marc Laufer, n'a pu faire autrement que de recevoir les représentants de l'intersyndicale. Elle a joué l'apaisement en réitérant « son engagement d'écouter toutes les propositions alternatives présentées par les instances du personnel » et a précisé qu'elle s'engageait également à apporter « sa contribution au débat sur la stratégie industrielle comme sur les propositions alternatives, en participant à des réunions de travail avec les organisations syndicales ». Une volte-face rapide s'il en est. De fait, la direction craignait que la grève ne perturbe la parution de certains ­titres. Pour autant, l'intersyndicale reste ­attentive et n'arrête pas le mouvement de grève, elle le suspend. Une nuance qui permettra aux salariés de débrayer à nouveau si la direction ne respecte pas les engagements qu'elle a pris face aux salariés le 7 juin. En attendant, tout le monde travaille à des propositions alternatives.

Envoyer par mail un article

Tests pour la négociation

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.