Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

La difficile évaluation des intervenants

13/09/2007 - par Lionel Lévy

Bénéficier d'une formation de qualité est l'enjeu principal de la participation à un stage. Encore faut-il que les formateurs soient au niveau ! Plongeon dans les méthodes d'évaluation des organismes de formation.

Qui veut devenir formateur ? « À peu près tous les cadres qui ne savent pas comment rebondir dans leur carrière », répond le chargé de recrutement d'un célèbre organisme de formation professionnelle. Autant dire que les services de ressources humaines de ces entreprises croulent sous les propositions d'experts en tout genre : cinq à dix CV par jour et, pour les plus importants, comme l'IFG-CNOF, jusqu'à une vingtaine quotidiennement. Même profusion de propositions d'intervention - si ce n'est plus - dans les formations en marketing-communication. « Nous recevons une vingtaine de candidatures par mois », constate Nathalie Van Laethem, responsable des offres formation marketing-communication à la Cegos. Quel est le profil de ces postulants ? Des quadragénaires pour la plupart, dont une majorité de femmes. Quant aux motivations principales, il s'agit, pour les uns, de changer de carrière, notamment les femmes bloquées dans leur évolution professionnelle et séduites par une voie respectant mieux l'équilibre vie privée/vie professionnelle, et pour les autres, au contraire, de se valoriser en interne via une activité de formateur. Une telle activité peut également permettre à certains d'accroître leur business. « Il est clair qu'un directeur d'agence dispensant une formation sur le pilotage de projet avec une agence se fait des contacts utiles », « euphémise » Nathalie Van Laethem. À condition d'être bon.

Comment les organismes de formation font-ils pour les repérer ? « Malheureusement, très peu de candidatures nous parviennent avec une proposition de programme, témoigne Pierre Pariente, directeur de l'IFG-CNOF. Il n'y a généralement qu'un simple CV. » À ce stade, point de salut sans cinq, voire dix ans d'expérience, selon l'expertise. Pour éviter les erreurs de casting, la majorité des organismes tente de recruter via leur réseau (cooptation), voire « par chasse » pour certaines expertises.

Pas d'évaluation de la pédagogie

En formation comme ailleurs, chaque postulant a tendance à se survendre, notamment via le CV. Aussi, tous les grands organismes de formation ont formalisé leur processus de recrutement. Pour certains, il peut durer un an avant l'embauche définitive. Il comprend bien entendu des entretiens individuels (d'un à trois, selon les sociétés) pour vérifier la véracité des connaissances, l'approche pédagogique et toute une phase de « coconstruction » du programme avec le responsable de formation. Malgré tout, il y a peu de simulation, notamment pour les formateurs intervenant sur des stages courts, et encore moins de formations de formateurs.

Comment, dans ces conditions, s'assurer que l'éminent expert est un bon pédagogue ? Par les évaluations à chaud (juste après la formation) et à froid (quelques semaines, voire quelques mois plus tard) réalisées auprès des stagiaires, indiquent les organismes de formation professionnelle. Si les réponses à ces questionnaires de satisfaction sont généralement très positives (souvent au-delà de 90 %), le faible taux de retour des questionnaires à froid (habituellement en deçà de 50 %) ne permet pas toujours d'attester de la satisfaction réelle des stagiaires. Alors certes, depuis dix ans, avec l'apparition de labels de qualité et autres certifications, la formation continue est soumise à des impératifs de résultats, aussi bien concernant les processus que la satisfaction des stagiaires-clients. Mais l'évaluation de la pédagogie, elle, n'est jamais prise en compte. « Qu'importe, conclut Pierre Pariente. Les clients sont capables de juger eux-mêmes de la qualité des formations et d'en tirer les conséquences. »

Envoyer par mail un article

La difficile évaluation des intervenants

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies