Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Du bon usage de la mission humanitaire

20/09/2007 - par Maxime Amiot

De plus en plus de salariés partent effectuer des missions humanitaires à l'étranger pour une longue durée. Un choix radical qui peut avoir des effets variés sur une carrière, pour le meilleur comme pour le pire.

Cinq postes en dix ans de carrière, une rémunération attractive, une proposition de promotion à l'étranger... Denis Legat avait tout pour être heureux dans son poste de cadre marketing du groupe Kodak. Et pourtant, en 2000, cet homme, alors âgé de trente-trois ans, donne brusquement sa démission pour partir... au fin fond des Philippines, au sein de la tribu Kalinga, en tant que volontaire de l'Association soeur Emmanuelle (Asmae). Un choix radical : « Les " reportings ", le respect des objectifs, les réunions..., toute cette routine commençait à me lasser. J'avais envie de voir du pays et, surtout, d'être utile », explique-t-il. Il est rapidement comblé. Dès le lendemain de son pot de départ, il se retrouve dans un village sans eau ni électricité, chargé d'un projet ambitieux : « Je devais cerner les besoins de cette population, notamment en termes d'alimentation, et l'aider à développer elle-même ses cultures. » Quatre mois de travail intensif lui permettront de mettre en place un potager capable de nourrir l'ensemble du village.

À l'exemple de Denis Legat, de plus en plus de cadres n'hésitent pas à démissionner pour effectuer une mission humanitaire. Le nombre de candidatures augmente avec, en parallèle, un phénomène nouveau : alors que jusqu'à présent, les demandes venaient principalement de jeunes diplômés, les salariés plus expérimentés sont de plus en plus demandeurs. Recherche de sens, volonté de se rendre utile, lassitude d'un travail stressant... Les raisons de départ sont nombreuses.

Mais dans les associations, les postes proposés sont rares : toujours plus professionnelles, les ONG (Organisations non gouvernementales)s'appuient désormais sur des salariés à plein temps, laissant ainsi peu de places aux volontaires et autres bénévoles. Les quelques places disponibles font l'objet d'une sélection impitoyable. « Notre processus de recrutement n'a rien à envier au monde de l'entreprise », confirme Jean-Michel Bourreau, responsable du recrutement au sein de l'Association française des volontaires du progrès (AFVP). Cette ONG a ainsi reçu en 2006 environ 1 500 candidatures, pour quelque 230 départs. Les candidats - uniquement bac +5 - sont d'abord sélectionnés sur dossier, avant d'effectuer un entretien avec une psychologue. L'objectif : déceler les aptitudes du candidat à l'expatriation et comprendre ses motivations. « Nous nous assurons ainsi qu'il ne s'agit pas d'une fuite du monde du travail ou de la société, ce qui ne produirait rien de bon », poursuit Jean-Michel Bourreau.

Savoir justifier son choix

En termes de profils, les journalistes, attachés de presse, professionnels de la communication ou de la publicité ne sont pas les plus recherchés par les associations dans le cadre de l'aide au développement. Les ONG s'intéressent davantage aux ingénieurs, professeurs ou comptables. « Les profils de communicants sont intéressants sur des missions de gestion de projet ou d'information aux populations », précise Laurie Chambon, coordinatrice du Comité de liaison des ONG (Clong), qui regroupe quatorze associations proposant des départs en volontariat de solidarité internationale. Nicolas Bazire peut en témoigner. En 2003, ce journaliste indépendant alors âgé de vingt-cinq ans décide de partir deux ans en Guinée, via l'AFVP. « J'étais chargé de mettre en place un programme d'information sur le sida à destination des jeunes Guinéens. Cela passait par des tournées dans les classes de la région pour expliquer l'usage du préservatif, des montages vidéo, mais aussi des pièces de théâtre pédagogiques. Bref, un vrai travail de journaliste », explique-t-il.

Il n'est d'ailleurs pas nécessaire de partir à l'étranger pour être utile, ainsi que le rappelle Armand Caïazzo. Ancien vice-président de Publicis Dialog et fondateur du groupe de marketing direct Lead, ce manager a lâché en juillet dernier la direction générale du groupe Hemisphere pour s'engager, durant deux ans et à plein temps, dans le mouvement ATD Quart Monde en tant que responsable de la communication. Un poste situé au siège parisien de l'association et que ce père de quatre enfants occupe comme simple bénévole. « C'est une continuité avec mon travail : j'élabore des plans de communication et je mets en forme des communiqués de presse. La différence, c'est que là, tout est centré sur un fil rouge : le refus de la misère », explique-t-il.

Partir est une chose, revenir à une vie professionnelle classique en est une autre... Après un, voire deux ans passés à l'autre bout du monde dans des conditions parfois extrêmes, nombre de volontaires peinent à réintégrer un univers toujours plus exigeant. En outre, peu savent réellement justifier leur choix face aux recruteurs. Conscientes de ces difficultés, certaines ONG développent de véritables programmes de réinsertion. L'association Résonances humanitaires propose ainsi à ses volontaires d'effectuer des entretiens avec des consultants en ressources humaines, bilan de compétences à l'appui. « L'idée est d'apprendre au volontaire à valoriser son expérience, afin qu'il n'aille pas devant les recruteurs seulement avec son émotion et ses belles intentions, mais avec des compétences à valoriser », explique Éric Gazeau, directeur de cette association qui a aidé quelque 500 volontaires à retrouver du travail.

Un nouveau départ

Ainsi encadrée, l'expérience humanitaire peut constituer un nouveau départ dans une carrière. « Ce type d'expérience est très fort et peut être l'occasion d'une véritable reconversion professionnelle », relève Laurie Chambon (Clong). Après sa mission de six mois aux Philippines, Denis Legat s'est ainsi lancé dans la communication événementielle et artistique. « Je suis passionné de musique et d'art en général. À mon retour, je me suis décidé à en faire mon métier », explique-t-il. Grâce à son réseau, il s'est mis en relation avec l'agence de communication événementielle et artistique La Lune rousse, dont il est devenu l'un des associés.

L'humanitaire peut-il être un tremplin de carrière ? Damien Hardy le revendique. Après deux années passées en Mauritanie sur un projet de microcrédit et d'aide aux populations locales, il s'est retrouvé propulsé rédacteur en chef d'une revue agricole. Une réelle promotion pour cet ancien journaliste d'une revue de conseil général : « Lors de mon entretien d'embauche, mon futur employeur m'a longuement interrogé sur mon expérience, je sentais que cela l'intéressait », se souvient-il. Avec un budget de 150 000 euros à gérer, des équipes d'autochtones à encadrer dans un environnement pas toujours facile, Damien Hardy a en effet acquis de réelles expériences lors de son séjour en Afrique.

Envoyer par mail un article

Du bon usage de la mission humanitaire

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.