Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

« Nouvelle Cour a réussi son pari »

17/01/2008 - par Entretien : Cathy Leitus

Francis Benhaim, professeur d'économie-gestion chargé du BTS communication des entreprises au lycée Jacques Brel de La Courneuve (Seine-Saint-Denis), est à l'initiative de l'agence Nouvelle Cour, lancée à l'automne 2006 avec le soutien de TF1 et TBWA. Premier bilan.

Êtes-vous satisfait des premiers pas de Nouvelle Cour ?

Francis Benhaim. Totalement et même au-delà de mes espérances. L'idée de départ était de créer à La Courneuve une agence publicitaire tremplin pour mettre le pied à l'étrier à nos diplômés de BTS qui sont trop souvent discriminés à l'embauche, du fait de leur origine, de leur nom ou de leur couleur. Nouvelle Cour est une agence qui a le statut d'association et dont la vocation est de donner à ces jeunes diplômés de La Courneuve la première expérience professionnelle qui leur fait défaut, et ce pour une durée d'environ dix-huit mois. L'objectif étant que les chefs de projet ne restent pas au-delà de deux ans pour laisser la place à d'autres.

Joanna et Marie, les deux premières recrues de Nouvelle Cour, ont donc commencé leur recherche. Où en sont-elles ?

F.B. Elles ont rejoint l'agence à sa création, en octobre 2006, et je suis très content de pouvoir annoncer que Joanna Letchimy est la première à prendre son envol. Elle vient d'être recrutée comme chef de projet par Philippe Jacob, directeur de la régie de Skyrock. Le projet tel que nous l'avons monté avec le soutien de TF1 et TBWA clôt ainsi sa première boucle. Du coup, nous allons, à notre tour, recruter un nouveau chef de projet issu du BTS. Nous recherchons par ailleurs un créatif multimédia.

Comment se porte Nouvelle Cour ?

F.B. L'agence a réussi son pari, ce qui est en soi un succès. Toujours hébergée par la société Paprec, l'équipe a déménagé dans un local de 100 m2 et a triplé ses effectifs : l'agence emploie six personnes, dont le directeur général David Breysse et le directeur adjoint, Sofiane Ouaddah, récemment recruté, et deux stagiaires. Sofiane a suivi le BTS au lycée Jacques Brel et a complété sa formation avec un master en communication des entreprises à l'université de Villetaneuse. Le chiffre d'affaires de l'agence atteint 360 000 euros au bout d'un an et nous tablons sur une moyenne annuelle de 100 000 à 150 000 euros par chef de projet, ce qui nous permet de miser pour 2008 sur une activité d'au moins 700 000 euros. En un an, Nouvelle Cour a traité une quarantaine de dossiers et compte une vingtaine de clients actifs.

Ce sont les seules sources de revenus de l'agence ?

F.B. Non. En tant qu'association, Nouvelle Cour bénéficie de subventions de la région et du département, qui financent à 90 % les salaires des chefs de projet, soit 1 500 euros bruts par mois par personne. L'agence reçoit également une aide de ses parrains, qui représente une enveloppe de 41 000 euros. TF1, TBWA, BNP Paribas, SNCF et Paprec souscrivent à une cotisation annuelle de 7 500 euros. Le cabinet d'avocats Lartigue et l'association Sportavie apportent également leur contribution en tant que parrains fondateurs.

Nouvelle Cour est née comme l'agence de la diversité et des banlieues. Va-t-elle le demeurer ?

F.B. Nouvelle Cour est une agence de communication capable de traiter de tous les sujets, mais c'est vrai qu'elle a cette spécificité compte tenu de son origine. Nous l'assumons. Les budgets connotés « diversité » représentent la moitié du chiffre d'affaires. Les collectivités locales, la Halde [Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité] et l'Acsé [Agence nationale pour la cohésion sociale et l'égalité des chances]font appel à l'agence, qui est d'ailleurs en compétition pour réaliser des plaquettes et des affiches dans le cadre de la campagne « Espoir banlieue » du ministère de la Ville. Le Cran [Conseil représentatif des associations noires] vient de lui confier sa campagne de communication pour sensibiliser les jeunes Noirs engagés en politique à défendre leur présence sur les listes des partis dans le cadre des élections municipales. L'agence a bon espoir de faire un jour le lancement d'un produit de grande consommation.

Où en est la refonte du BTS communication des entreprises annoncée par le ministère et à laquelle vous participez ?

F.B. Sous la houlette de Jean-Marie Panazol, doyen de l'inspection générale d'économie-gestion, un groupe de travail de rénovation est à l'oeuvre. Nous en sommes au début. Le BTS communication des entreprises a dix ans. Il a succédé aux BTS publicité et BTS communication et action publicitaire. L'objectif de cette rénovation est d'identifier des compétences stables dans le temps pour refléter la réalité de l'emploi et anticiper son évolution pour les cinq à huit ans à venir. Il s'agit de former des professionnels de niveau bac + 2 adaptables à différents types de structures, et dans le temps, pour permettre leur évolution de carrière. Nous avons déjà mené une série de rencontres avec les acteurs de la profession, tels l'AACC, l'Irep, l'UDA, l'ANPE..., qui a permis de définir les grandes lignes du nouveau BTS autour de trois fonctions principales : la mise en oeuvre et le suivi de projet de communication, la gestion de la relation avec l'annonceur et avec les prestataires, et la mise en place d'une veille opérationnelle. Reste à fixer les programmes et les épreuves pour une mise en application à la rentrée 2009.

Le BTS communication ne souffre-t-il pas d'une concurrence accrue avec la multiplication des formations proposées par les universités, les écoles de communication et celles de commerce ?

F.B. Oui, d'une certaine manière. Les grandes agences parisiennes, par exemple, ne prennent pas nos étudiants en stage et ne les embauchent pas, leur préférant les diplômés des écoles de commerce. C'est pourquoi, depuis toujours, un bon nombre de BTS poursuivent leurs études. Le lycée Jacques Brel a d'ailleurs un accord de partenariat, sous l'égide du rectorat de Créteil, avec l'université Paris XIII Villetaneuse. En réalité, le BTS communication forme des professionnels capables de mettre en place des actions de communication complètes et des stratégies de moyens, mais il souffre d'un manque de notoriété.

Envoyer par mail un article

« Nouvelle Cour a réussi son pari »

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.