Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Le CSA va observer le mélange des couleurs

03/04/2008 - par Amaury de Rochegonde

L'instance de régulation rendra publique cet automne une étude sur la représentation de la diversité à la radio et à la télévision. La TNT ouvrira le bal.

C'est par les 18 chaînes de la télévision numérique terrestre que l'Observatoire de la diversité audiovisuelle, lancé le 26 mars par le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA), va commencer à oeuvrer. ­Rachid Arhab, le président du groupe de travail au sein de l'instance, a annoncé pour 2008, après appel d'offres, une grande étude consacrée à l'évaluation de la diversité sur les chaînes gratuites. Il s'agit de quantifier la représentation de « la diversité sous tous ses angles ». Le CSA entend en effet s'attaquer tour à tour à la pluralité des origines ethniques puis, l'année suivante, à la diversité de la représentation des âges, avant de s'attacher à la prise en compte du handicap ou encore à la mixité.

Rééquilibrer équipes et sujets

Les premières conclusions de cette étude, qui seront disponibles d'ici à cet automne, comporteront une dimension « quantitative et qualitative », insiste le conseiller du CSA. Autrement dit, il s'agit non seulement de savoir quelle est la proportion de minorités visibles représentées à la télévision mais aussi la place qu'elles occupent dans les fictions, les plateaux d'information, les émissions de débat, etc. « Il peut y avoir des gens de couleur dans le public mais s'ils sont inactifs, est-ce de la diversité ? », interroge Rachid Arhab.

Si la loi du 31 mars 2006 sur l'égalité des chances demande à l'instance de régulation de veiller à la lutte ­contre les discriminations et à ce que les programmes reflètent la diversité de la société française, elle n'indique pas clairement comment parvenir à ce rééquilibrage. Est-ce en établissant des quotas ? Rachid Arhab n'y est pas favorable, au nom du fait que « nommer des gens pour ce qu'ils sont plutôt que pour ce qu'il font est assez dangereux ». Du reste, la loi interdit jusqu'à présent toute catégorisation ethnique de la population. L'étude sur la représentation de la diversité se fera donc en étroite concertation avec la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil). Depuis les ressources humaines jusqu'à l'écriture des fictions, le choix des documentaires, voire le traitement de l'actualité, tous les aspects d'une chaîne seront passés au peigne fin.

Reste à connaître le traitement réservé à la radio, qui entre dans le champ de l'Observatoire. « Nous nous sommes rendu compte au cours de nos travaux que ce média, qui devait être très ouvert, ne l'était pas tant que cela, relève Rachid Arhab. La diversité ne saute pas aux oreilles. Les radios communautaires sont peut-être l'arbre qui cache la forêt. »

Quels seront les critères de mesure pour rééquilibrer cette réalité ? « Il faut que cela s'entende, suggère Jean-Luc Aplogan, chargé de la diversité à Radio France. À travers les noms, les voix, les sujets traités, la diversité des animateurs et des invités, la programmation musicale ou les jeunes qu'on forme en apprentissage. Bien sûr, c'est plus compliqué qu'à la ­télévision. »

Envoyer par mail un article

Le CSA va observer le mélange des couleurs

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.