Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Le pôle Léonard de Vinci mise sur la santé

15/05/2008 - par Amaury de Rochegonde

Le pôle universitaire, qui a été confronté à une affaire ravivant son image de « fac Pasqua », met en avant son MBA reconnu de marketing et communication santé.

Décidément, le pôle universitaire Léonard de Vinci, à la Défense (Hauts-de-Seine), a du mal à se débarrasser de son image de « fac Pasqua ». Le 10 mars, l'éviction de deux responsables pédagogiques, le directeur de l'école de management et le patron de la section économie, a rafraîchi cette étiquette. Comme l'a révélé le site Marianne 2, les deux hommes étaient accusés de chercher des preuves de mauvaise gestion contre Charles Pasqua, le président du pôle d'enseignement supérieur, pour le compte de Patrick Devedjian, président du conseil général des Hauts-de-Seine. Le département, qui accorde une subvention de 18 millions d'euros au pôle, chercherait en effet à rogner son budget. D'où l'importance de faire valoir les programmes de l'établissement, comme les MBA et troisièmes cycles de marketing-commerce sur Internet, de management des affaires européennes ou, plus récemment, de management des achats.

« Expertise très professionnelle »

Depuis trois ans, le pôle mise aussi beaucoup sur son MBA de marketing et communication santé. En 2008, il espère même se doter d'une chaire sur ce domaine en surfant sur la tendance santé-bien être-développement durable. La troisième promotion, de 25 étudiants, est composée de scientifiques (médecins, pharmaciens), de diplômés d'école de commerce et de profils atypiques (juristes, journalistes...). Objectif : les former aux métiers du marketing et de la communication en côtoyant des intervenants de haut niveau de Danone, d'Axa ou des entreprises du médicament (LEEM). « Quand on passe neuf heures avec le vice-président de Pfizer, on n'en sort pas indemne, les étudiants sont rechargés à bloc », estime Karim Zinaï, responsable pédagogique de la filière. L'homme reconnaît d'ailleurs que les médecins réussissent moins bien dans sa « business school » « à l'expertise très professionnelle ». Amateur de savoir académique s'abstenir...

Envoyer par mail un article

Le pôle Léonard de Vinci mise sur la santé

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies