Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Le CFPJ sauvé par ses anciens élèves?

27/11/1998

C'est au 16novembre qu'était fixée la date limite du dépôt des candidatures à la reprise du Centre de formation et de perfectionnement du journalisme (CFPJ). L'administrateur judiciaire Hubert Lafont, à qui le dossier a été confié, a reçu, à ce jour, une seule proposition de reprise. Elle émane d'une association, baptisée le CFJ Demain, constituée en novembre 1996 par une poignée d'anciens élèves de l'école.«Depuis trois ou quatre ans, nous avions constaté que le CFPJ souffrait d'une crise difficile à analyser,explique Christian Sauvage, rédacteur en chef délégué duJournal du dimanche,président de l'Association des anciens élèves du CFPJ et membre à ce titre du conseil d'administration de l'école.Pour comprendre d'où venaient ces problèmes et prendre les décisions rapides pour les résoudre, nous avons décidé de mettre sur pied une structure pour aider le CFPJ.»Ainsi est née CFJ Demain, présidée par Claire Richet, qui comprend de grands noms du journalisme français, parmi lesquels Pierre Lescure, Franz-Olivier Giesbert, Bernard Guetta ou encore Laurent Joffrin. Laissée en sommeil, la nouvelle association se tenait prête à agir au premier coup de feu. Le 12mai 1998, le dépôt de bilan du CFPJ - entité qui regroupe à la fois le Centre de formation des journalistes (CFJ, chargé de la formation initiale, à l'activité déficitaire) et le Centre de perfectionnement des journalistes (CPJ, axé sur la formation professionnelle, bénéficiaire) - en a été l'occasion, confirmée dès le 22mai, date de la mise en redressement judiciaire.«Trois options s'ouvraient alors à nous,reprend Christian Sauvage.Soit la liquidation, ce qui était pour nous totalement inenvisageable, soit un plan de continuation, qui semblait difficilement tenable au regard des chiffres, soit un plan de cession, ce qui a été choisi.»

30 à 35MF de dettes

Les dettes accumulées du CFPJ se chiffrent à 32millions de francs - plutôt à 34 ou 35millions selon l'administrateur judiciaire - pour un chiffre d'affaires annuel de 56millions de francs.«Notre volonté est de refonder l'école pour longtemps, avec un projet viable dans lequel seraient impliquées un maximum d'entreprises de presse, de radio et de télévision»,précise Christian Sauvage. Celles-ci se sont donc engagées à reprendre une partie des actifs de l'école et à assurer son financement futur. De plus, une souscription a été ouverte aux anciens élèves. Près de 200 sur les 1700répertoriés ont déjà versé leur donation, fixée à 1000francs. Michel Catani, collaborateur d'Hubert Lafont, reste très serein quant à la pérennité de l'école.«Aucune menace ne plane sur l'activité du CFPJ. L'école est bénéficiaire, même si ses profits sont insuffisants à rembourser ses dettes.»Sans pouvoir faire de commentaires sur le dossier avant qu'il ne soit présenté au conseil d'administration et au CE de l'école, Michel Catani attend quelques éclaircissements supplémentaires sur la reprise souhaitée par CFJ Demain, avant de déposer le dossier au Greffe du tribunal de grande instance, qui devrait se prononcer début décembre. Et ce n'est qu'à compter de cette décision que le plan de reprise pourra être connu et mis en place.

Envoyer par mail un article

Le CFPJ sauvé par ses anciens élèves?

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.