Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Journaliste on-line ou journaliste virtuel?

05/03/1999

Ils sont de plus en plus nombreux à informer via Internet. Impossibles à dénombrer, les spécialistes de l'information en ligne sont-ils des journalistes à part entière? À voir! Comme tout ce qui concerne les nouvelles technologies, leur reconnaissance est en cours et se traite au cas par cas. La Commission de la carte d'identité des journalistes professionnels reste circonspecte sur le sujet.«Évidemment, la loi de 1935, qui définit le statut du journaliste, n'avait pas prévu ce type de support,remarque Anne Thoraval, la directrice adjointe.Nos critères ont dû être adaptés.»Olivier Da Lage, élu SNJ à la Commission de la carte, est plus précis:«Il y avait un problème juridique qui a nécessité la constitution d'un groupe de travail pour ne pas confondre journalisme et liberté d'expression sur Internet».

Définir le statut de l'éditeur du site

En fait, les cas se répartissent en deux catégories, qui dépendent moins du statut du journaliste que de celui de l'employeur. La première regroupe les entreprises de presse qui développent des services en ligne.«C'est le cas le plus simple,soutient Olivier Da Lage.Le Web n'est alors qu'un média annexe. Les journalistes on-line bénéficient donc du même statut que les autres.»Depuis que TF1 interactif a été créé, il y a un an, une rédaction d'une dizaine de personnes a été constituée.«Toutes ont la carte de presse et sont régies par la convention collective,déclare Patrice Kac, le rédacteur en chef adjoint.Le noyau dur de cette rédaction est constitué d'anciens journalistes de TF1 et de LCI, étoffé de jeunes diplômés d'écoles de journalisme.»AuxÉchos,la démarche a été similaire.«Les journalistes du Web connaissent très bien le quotidien, car nous voulons sur Internet la même rigueur que dans le journal,avertit Michel Dabaji, rédacteur en chef adjoint du quotidien et rédacteur en chef du site.La prochaine recrue du site, un spécialiste de la finance, ira d'abord faire ses armes au quotidien avant d'intégrer la rédaction on-line.»Ce fut le cas de Frédéric Vuillod, qui a quitté le partenariat LCI-Les Échospour devenir l'un des trois journalistes du site. Sans aucun changement de statut...«Tous participent aux conférences de rédaction et les allers-retours entre les deux rédactions sont systématiques avant la mise en ligne»,rappelle Michel Dabaji. En fait, c'est sur la seconde catégorie - les entreprises qui ne sont pas des éditeurs de presse - que la Commission de la carte a eu à plancher.«Nous ne pouvions pas laisser hors du champ journalistique des journalistes sans violer la loi,affirme Olivier Da Lage.Des critères supplémentaires et restrictifs ont été définis pour savoir si ces sociétés employaient ou non des journalistes.»L'entreprise doit avant tout être une entité juridique distincte dont les statuts prévoient explicitement une mission d'information à l'égard du public. De plus, l'information mise en ligne doit être régulièrement renouvelée et à un rythme cohérent avec l'actualité du secteur suivi. Enfin, le rédacteur doit avoir une qualification de journaliste et relever de la convention collective ou de ses avenants.«Avec autant de garanties, tout se passe bien, car les entreprises font tout pour respecter ce statut. Les cas délicats sont pour l'instant peu nombreux»,conclut Olivier Da Lage.

Envoyer par mail un article

Journaliste on-line ou journaliste virtuel?

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.