Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Les quinquagénaires, génération sacrifiée

16/04/1999

Si l'angoisse du chômage touche toutes les générations, les quinquagénaires ont de bonnes raisons d'être inquiets. Souvent brutalement sacrifiés par les entreprises, les moins chanceux peinent à convaincre un nouvel employeur. Le cabinet de recrutement Hommes&Missions, spécialisé sur cette cible, a décidé de mettre un terme à cette indifférence en créant un Observatoire des QuinCadres. Les résultats du premier volet sont riches d'enseignements. Si la durée de recherche d'emploi augmente fortement avec l'âge - elle s'allonge d'un an entre 47 et 60ans -, elle s'établit déjà à 15,7mois en moyenne. Un quart d'entre eux ne retrouve d'ailleurs pas d'activité après dix-huit mois de recherche. Les cadres du marketing et de la communication sont les plus touchés: ils sont 43% à rester sur le carreau. «Ce chiffre peut sembler surévalué, précise Yannick Guyonvarch, fondateur de Séga Marketing, la société chargée du traitement de l'enquête,car ce sont des fonctions où les contrats à durée déterminée (CDD) sont très nombreux. Or, les professionnels ont pris l'habitude d'intégrer leur mission ponctuelle à leur période de chômage, leur espoir étant de retrouver un CDI rapidement.»Le phénomène est d'ailleurs plutôt général. 82% des quinquagénéraires avouent accepter des CDD et cette proportion va croissant au fur et à mesure de leur âge. Ils sont 88% à concevoir la suite de leur carrière sous forme d'une succession de missions. Ils se font peu d'illusions sur les raisons qui rendent difficile leur recherche d'emploi. Leur âge, et dans une moindre mesure la concurrence des plus jeunes, les handicapent le plus. En revanche, le niveau de rémunération leur semble moins déterminant, notamment parce qu'ils sont 83% à accepter une baisse de salaire. Si la moyenne tolérée de cette réduction est de 13%, elle atteint 14,7% - le plus mauvais score - dans le marketing.

Changer d'emploi

«La crise sur ces fonctions a été à la fois plus brutale et plus tardive que dans d'autres secteurs. Ce qui explique la flexibilité plus importante en matière de salaires que sont capables d'accepter ces populations. Elles considèrent d'ailleurs ces réductions de leurs rémunérations comme une parenthèse dans leurs carrières», explique Yannick Guyonvarch. La preuve: les cadres du marketing sont les plus nombreux (30% contre 25%) à envisager de changer d'emploi pour améliorer leur rémunération, quand ils sont à nouveau en poste.«Le marketing et la communication sont deux secteurs où les plus de cinquante ans ont beaucoup de mal à se repositionner, remarque Marc Bernardin, directeur général d'Hommes&Missions.Dans le secteur de la communication, il leur est reproché leur manque de créativité et leur difficulté à convaincre. Dans le marketing, surtout industriel, les besoins sont un peu plus évidents.»Reste que les entreprises du secteur ont la réputation d'être battantes, dures, atteintes de jeunisme.«Cependant, ces dernières peuvent apprécier l'expérience des quinquagénaires, leur capacité à travailler en anglais et s'en servir d'exemples pour les nouvelles générations», conclut Yannick Guyonvarch.

Envoyer par mail un article

Les quinquagénaires, génération sacrifiée

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.