Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Quand les consultants optent pour le portage

30/04/1999

Àquarante-neuf ans, Jean Ledreux est un salarié heureux. Heureux d'avoir enfin trouvé une formule qui lui permette de concilier la protection du statut de cadre salarié et sa liberté de mouvement. Depuis fin 1997, après dix-huit années comme directeur des ventes et huit à la tête de sa société de conseil en communication, Jean Ledreux, consultant spécialisé sur l'image de l'entreprise, a opté, au sein de Contact Partenaire Client, pour le portage salarial. Le principe en est simple. Un consultant qui réalise des missions pour des entreprises choisit de devenir salarié d'une société de portage plutôt que d'exercer ses compétences en tant que travailleur indépendant. Selon le Syndicat des entreprises de portage salarial (SEPS), créé en janvier 1998 et qui vient de se doter d'une charte de déontologie,«la société de portage salarial établit une relation triangulaire avec l'entreprise cliente et le consultant salarié. Elle prend la responsabilité juridique et financière de la mission que le client confie au consultant, qui devient salarié de la société de portage.»Arrivé en France dans les années 80,«le portage concerne déjà 5000consultants salariés d'une dizaine de sociétés spécialisées, un nombre qui double chaque année depuis 1996»,confie Jean-Loup Guibert, président du SEPS et l'un des pionniers français avec sa société Valor (créée en 1985). Depuis la crise du début des années 90, les entreprises ont besoin de services qu'elles préfèrent externaliser, au premier rang desquels on retrouve la communication.«Plus de 15% des consultants portés exercent dans ce domaine,précise Jean-Loup Guibert.Les informaticiens arrivent en deuxième position, suivis des spécialistes en ressources humaines.»

Pas de formalités administratives

Pendant quatorze ans, Évelyne Revellat a été cadre marketing de grandes sociétés.«Mais je voulais être indépendante»,prétend-elle. Elle créera d'abord sa société avant d'opter pour le portage.«Comme chef d'entreprise, je passais mon temps à courir après la trésorerie sans avoir la maîtrise de mon rythme de travail. J'avais quitté le salariat pour m'occuper de mes deux enfants. Mais avoir un travail intéressant et une vie de famille semblait inconciliable jusqu'à ce que je trouve la solution du portage.»Aujourd'hui consultante en conception graphique et conseil en communication, salariée de l'Institut du temps géré, Évelyne Revellat travaille l'équivalent d'un 4/5e.«Mais je peux à tout moment faire monter en puissance mon activité.»Aimée Azur, conseil en communication d'entreprise, s'est, lui, inscrit il y a quelques mois chez Alternative.«L'avantage principal est que la société prend en charge toute la partie administrative de notre activité. Cela nous laisse tout le temps pour démarcher de nouveaux clients.»En moyenne, les consultants reversent entre 8 et 15% de leur chiffre d'affaires à leur employeur.«Je gagne plus d'argent qu'avant,confie Jean Ledreux,tout en gardant l'avantage du statut de salarié et la protection sociale qui va avec.»Pour Aimée Azur,«c'est une transition idéale avant d'ouvrir un cabinet de consultant».Ou de trouver une entreprise cliente qui finisse par embaucher définitivement le consultant.

Envoyer par mail un article

Quand les consultants optent pour le portage

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.