Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

La Fédération Syntec passe aux 35heures

02/07/1999

Le mardi 22juin 1999, après des mois de négociations, la Fédération Syntec et la Chambre des ingénieurs-conseils de France signent, tard dans la nuit, un accord sur les 35heures avec la CFDT et la CGC. Ce texte concerne l'ensemble des métiers de l'informatique, de l'ingénierie, des études et du conseil, notamment le conseil en management, le recrutement, les études de marché et d'opinion et les relations publiques.«Nous sommes les premiers dans la communication à avoir abouti à un accord de branche», se réjouit Gilles Moreau, président de Syntec RP. Les négociations, qui ont débuté en février, auraient dû aboutir fin mai. Il n'a fallu qu'un mois supplémentaire pour y parvenir.«Ce fut un accord particulièrement difficile à élaborer et à négocier, car il concerne des professions composées à 80% de cadres», souligne Jacques Marceau, président du Groupement des syndicats Syntec des études et du conseil (GSSEC) et de l'agence de relations publiques Aromates. Il devrait, pour cette raison, s'imposer comme une référence à tous les secteurs du même type, notamment à celui de la publicité (60% de cadres) qui semble s'engager lui aussi vers un accord de branche, regroupant les agences et les régies.«Cette plate-forme a été élaborée pour être conforme à la réalité, c'est-à-dire à la mission et au statut des cadres», poursuit Jacques Marceau. Elle retient comme principe l'annualisation du temps de travail comptabilisée en jours. Plutôt que de reconnaître une durée du travail hebdomadaire, l'accord privilégie une durée annuelle maximale de travail. Cette durée est fixée à 1610heures; les suppléments travaillés seront capitalisés sur un compte-épargne temps, en nombre de jours et non pas d'heures, et pourront être pris en compensation sous forme de congé ou en échange de jours de formation.

Maintien des rémunérations et des minima conventionnels

Cet accord insiste également sur le maintien des rémunérations et des minima conventionnels.«Dans notre secteur, il est très difficile d'agir sur les salaires, car les réduire conduit à renforcer la compétition entre toutes nos sociétés, explique Jacques Marceau.De même, nous engager à créer des emplois n'aurait pas voulu dire grand-chose, car la branche Syntec devrait compter entre 45000 et 50000emplois supplémentaires l'année prochaine. En fait, notre croissance est davantage limitée par notre capacité à trouver des collaborateurs que par la demande, sans cesse en progression, de nos clients.»Les relations publiques affichent quant à elles un taux de croissance d'emploi qui oscille entre 10 et 13% chaque année, insiste Gilles Moreau. Comme tout accord de branche, celui-ci s'impose à toutes les sociétés, même si elles ne sont pas membres du Syntec. Reste aujourd'hui à cet accord,«bon pour les salariés comme pour les patrons de sociétés»,selon ses signataires, à être reconnu et étendu par l'administration du travail. Ce qui devrait être chose faite dans les semaines qui viennent.

Envoyer par mail un article

La Fédération Syntec passe aux 35heures

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.