Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Publicité: stagiaires, mais contents

27/08/1999

C'est la mort dans l'âme que Lewis Fisher, vingt-deux ans, voit arriver la fin de l'été. Après six mois de stage chez BDDP, il s'apprête à faire ses valises. Direction l'Angleterre où il va aborder sa dernière année d'études en commerce international à l'université de Leeds. En France depuis un an et demi, il a d'abord enchaîné un stage chez Bull et un semestre de cours dans une école de commerce française, avant d'atterrir chez BDDP.«J'ai téléphoné, on m'a demandé d'envoyer un CV pour me convoquer à un entretien», se souvient-il. Depuis le 8mars, Lewis Fisher a rejoint l'équipe commerciale du budget Bic. Études de marché internationales, préparation aux journées de la disruption, rapport sur le rasage des jambes des femmes, etc., Lewis a largement participé à l'élaboration de la réflexion stratégique de Bic.«J'ai eu la chance d'intégrer rapidement une équipe et de partager mon bureau avec le responsable du budget et sa coordinatrice,remarque-t-il.J'ai beaucoup appris sur le travail commercial, mais également sur l'organisation d'une agence de publicité.»Il espère bien revenir travailler chez BDDP Paris dès qu'il aura obtenu son diplôme. Comme chaque été, les stagiaires du cru 1999 sont arrivés de leurs écoles, fin prêts pour découvrir la vie professionnelle. Et, comme toujours, les agences leur ont largement ouvert leurs portes. Dans tous les bureaux - depuis la création jusqu'au commercial -, ils hantent les couloirs à la recherche d'un service à rendre, voire d'un vrai travail à effectuer. A priori, dans le secteur de la publicité, les stagiaires sont plutôt surchargés de boulot que cantonnés aux photocopies, la saison estivale étant généralement une période de travail intense.«Nous prenons des stagiaires tout au long de l'année,explique Hélène Garzino, directrice commerciale de l'Agence verte.Ils restent entre trois et six mois, ont un niveau bac+4 et sortent souvent du Celsa.»Un espoir d'embauche Maud Duthion, vingt-quatre ans, stagiaire depuis avril à l'Agence verte est titulaire d'un DESS de communication de l'université de Versailles. Elle s'exerce au métier d'attachée de presse, faisant une revue de presse quotidienne, écrivant communiqués et dossiers de presse pour différents budgets de l'agence et relançant des journalistes sur des campagnes ou des actions menées.«Je n'ai pas l'impression d'être en stage, mais plutôt en insertion professionnelle», confie-t-elle. Une sensation que partage Julie Moraine, vingt-trois ans, conceptrice-rédactrice stagiaire chez BDDP. Diplômée de l'Iscom, elle termine trois mois de travail où elle a réussi à faire un film de télévision et signer des accroches et des spots radio qui ont été acceptés par les clients annonceurs.«Mon stage a été très instructif, car j'ai tout de suite eu des responsabilités. J'ai pu mener le film TV de A à Z. Mais j'ai surtout appris à défendre mes idées vis-à-vis des commerciaux de l'agence et des clients», soutient-elle. Cette jeune conceptrice-rédactrice espère revenir, une fois son mémoire d'école bouclé, mais alors pour être embauchée au sein de l'agence. Un espoir justifié, car les stages, de l'avis de toutes les agences, sont un des moyens privilégiés du recrutement des juniors.

Envoyer par mail un article

Publicité: stagiaires, mais contents

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies