Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Communication: l'emploi a le sourire

10/09/1999

Bonne nouvelle, le marché de l'emploi s'améliore. En juillet 1999, selon le ministère de l'Emploi et de la Solidarité, la baisse du nombre de chômeurs inscrits à l'ANPE a été de 1,9% et a concerné 38600personnes. Un record, d'autant que le chômage est en recul depuis vingt-cinq mois consécutifs. Au total, ce sont 367100chômeurs qui sont sortis des fichiers de l'ANPE. Désormais, on compte en France moins de 2,8millions de demandeurs d'emploi. Le secteur de la communication doit-il lui aussi faire face à la croissance des effectifs? Bien sûr, répondent les deux cellules spécialisées de l'ANPE, l'Espace emploi communication et le Centre national de reclassement des journalistes (CNRJ).« La tendance est positive depuis plus d'un an. En 1998, les offres d'emploi ont crû de 21% par rapport à 1997,affirme Sophie Penven, conseillère à l'Espace emploi communication.La communication est même l'un des secteurs qui a réagi le plus vite au retour de la croissance économique. »Les agences, qui pourvoient à plus de 80% des offres de cette antenne spécialisée, semblent plus motrices que les annonceurs.

À la recherche de candidats

Toutes les fonctions sont concernées.« La demande est particulièrement forte dans le marketing opérationnel, les relations publiques et l'événementiel, et sur les secteurs du high-tech, de la grande consommation et de la mode/beauté »,ajoute Sophie Penven. Ce que confirme Hymane Ben Aoun, président du cabinet de recrutement Diaphane.« Dans ces spécialités, les marchés sont très tendus. Plus personne n'y est en recherche active. Nous avons encore beaucoup de postes à pourvoir et peu de candidats. Une annonce pour un chargé de communication apportait 200 à 300CV il y a deux ans pour une petite trentaine aujourd'hui. »Autre signe du dynamisme retrouvé du marché: les candidats retenus ont souvent plusieurs pistes.« Ce n'est plus aux candidats de se vendre, mais aux entreprises de leur faire des propositions,poursuit Hymane Ben Aoun.Nous reprenons une activité plus intense de chasse des candidats sur des postes à profils plus faibles qu'auparavant. »Enfin, les salaires d'embauche ont tendance à augmenter. Les journalistes aussi sont concernés. Au CNRJ, on se félicite de dépasser depuis deux ans les objectifs fixés.« Sans parler de boom sur les offres d'emploi, nous progressons chaque année. En 1998, nous avons géré 786offres, soit 12,5% de plus qu'en 1997. 1999 s'annonce très bien »,dit Claude Rouah, conseiller. Seule ombre au tableau, les reconversions dans la communication restent toujours difficiles pour les chômeurs de plus de 45ans. À l'inverse, les jeunes diplômés ne peinent plus à décrocher leur premier emploi. De l'avis de tous, le marché de l'emploi ne doit son dynamisme qu'au retour de la croissance et aux bons indicateurs économiques. L'effet 35heures reste, pour nos interlocuteurs, marginal. L'apparition des nouvelles technologies a aussi dopé le secteur de la communication, en y créant de nombreux métiers. Au CNRJ, les nouveaux médias concernent en 1999 10% du total des offres d'emploi, contre 4% l'an dernier. Et cet effet-là risque d'être durable.

Envoyer par mail un article

Communication: l'emploi a le sourire

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies