Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

400 agences de communication

20/11/2008 - par Alain Delcayre

Stratégies publie, avec le concours de Coface Services et d'Éditorial & Régie, le classement des principales sociétés de communication en France, selon leur chiffre d'affaires et leur résultat net.

«La concurrence vient de Google, Microsoft et Yahoo... Le média est aujourd'hui au moins aussi important que le message. Ce changement exige une nouvelle forme de créativité et nous devons recruter des profils différents. Il aurait fallu fusionner la création et l'activité médias dans les agences dès les années 1990, c'est aujourd'hui trop tard», déclarait Martin Sorrell au printemps dernier dans Le Figaro. La sentence du PDG du groupe britannique WPP, tout nouveau numéro un mondial de la communication depuis le rachat de l'institut d'études TNS, n'a rien de réjouissant pour les agences-conseils du secteur, en France comme ailleurs, qui plus est en cette période incertaine.

Pour autant, la révolution numérique ne cesse de remodeler l'offre des agences de communication. La quatrième édition du classement Stratégies des principales entreprises de communication en France, toujours dominé par Publicis Groupe suivi de Teleperformance, qui devance cette année sur le fil le groupe Havas, confirme à nouveau cette mutation en profondeur et le dynamisme de la communication «digitale».

Les croissances affichées par les principales agences du marché - notamment les pure players - en témoignent. Toujours leader incontesté du secteur, Fullsix qui vient de se séparer du groupe WPP, lequel détenait 26,2% de son capital, enregistre en 2007 une augmentation de son chiffre d'affaires de 32,5% (+25,7% en 2006). De son côté, Netbooster, qui a fait de nombreuses acquisitions l'an dernier à l'étranger (Italie, Scandinavie, Asie, etc.), a quasiment doublé de taille : +95,9%. Le groupe a d'ailleurs décidé d'afficher son expertise conseil en lançant en septembre dernier Netbooster Agency.

Belle performance également pour Nextedia (+72%), acquise durant l'été 2007 par Lagardère Active et qui a élargi son champ d'expertise en lançant fin 2007 Monsieur White, «agence de communication 360 degrés». La filiale de l'américain Avenue A Razorfish (Microsoft), Duke, n'est pas en reste (+31,1%).

 

Un virage numérique bien amorcé

 

«Les agences numériques tendent à devenir les agences référentes pour les annonceurs», constate Bruno Paillet, président du cabinet Conseils & Annonceurs Associés. «Leur force tient au fait qu'elles ont intégré une fonction de planning stratégique qui n'existe plus dans nombre d'agences classiques», ajoute-t-il. Une tendance qui ne fait qu'accélérer l'intérêt de ces dernières pour le numérique.

Les grands groupes ne sont pas les derniers à s'agiter sur le sujet. Ainsi en juin dernier, Publicis Groupe a lancé au niveau mondial Vivaki, une nouvelle entité destinée à «optimiser les investissements numériques des annonceurs» et rassemblant les réseaux Digitas, Starcom Media Vest, Denuo et Zenith Optimedia. «L'avantage de Vivaki est d'offrir aux annonceurs un service packagé qui s'avère être une juste réponse à l'évolution du marché en quête d'un retour sur investissement plus rapide», commente Laurent Marie, analyste financier chez CAI Chevreux, qui estime que «Publicis commence à récolter les fruits du virage stratégique opéré avec le rachat de Digitas».

Deux mois après l'initiative de Publicis, WPP annonçait la création de Deliver, une plate-forme de production «digitale» destinée à coordonner les réalisations numériques des différentes agences du groupe. Tous les domaines de la communication sont concernés. Havas vient de monter une nouvelle offre dans l'univers de la santé : Havas Drive. Cette agence interactive propose des environnements virtuels pour les professionnels de la santé et les patients.

À l'échelle de la France, l'initiative la plus marquante vient du groupe Young & Rubicam qui s'est offert cet été l'agence Kassius, rattachée à sa filiale marketing services Wunderman. Peu après, DDB Paris annonçait qu'elle intégrait en son sein l'agence numérique du groupe, Tribal DDB. Les enseignes publicitaires de taille moyenne n'ont pas voulu louper le coche non plus. Ainsi M&C Saatchi Gad a racheté la Web design agency F Cinq, Ligaris s'est dotée d'un pôle ad hoc et, tout récemment, Ailleurs Exactement a créé sa propre filiale numérique Into the real avec deux anciens de TBWA Interactive. Cette dernière avait en effet fusionné fin 2007 avec sa consœur Tequila, enseigne marketing services de TBWA.

 

Fortunes diverses

 

De fait, la communication «digitale», de par sa réactivité, son interactivité et sa capacité à mesurer le retour sur investissement, est particulièrement préemptée par le secteur des  marketing services. Depuis le début de l'année, CRM Company a repris l'agence Megalos, ETO a racheté Artegos, High Co a acquis 49% de Bleuroy.com et lancé une structure Web transervale, High Co 3.0, et Noodle s'est offert Kantik.

Si les agences de marketing services connaissent des fortunes diverses (CPM, Rapp, MRM et Wunderman enregistrant des résultats en berne alors qu'OgilvyOne, The CRM Company, Piment et ETO affichent des croissances à deux chiffres), la crise qui se profile devrait leur être plus que jamais favorable. Ce n'est sans doute pas un hasard si, cette année, Lowe Stratéus a racheté l'agence One, spécialisée dans le CRM et la promotion, si High Co a acquis Valassis, expert en marketing terrain, si Australie a lancé son label de marketing services Moor et si le groupe Novembre a créé Armada, spécialisée dans l'externalisation commerciale.

À noter que parmi les meilleures rentabilités du marché, on trouve surtout des agences profilées selon ce critère d'efficacité telles Asap, TV Low Cost et 1000 Mercis. Toutes, de dimension petite ou moyenne (de 3 à 12 M€), peuvent laisser espérer aux nouveaux entrepreneurs du secteur de beaux jours devant eux. Et les téméraires ne manquent pas. Ces douze derniers mois, une floppée d'agences a vu le jour : L'Arsenal de Thierry Consigny (ex-Les Ouvriers du paradis) et Pascal Midavaine (CLM BBDO), Le Rescator de Philippe Rouby (Callegari Berville Grey), Equancy & Co de Robert Zarader (TBWA Corporate), Win-win.com de Christophe Cousin (Hémisphère Group), Enjoy de Florent Sallard (JWT Paris), Newpies d'Éric Pietrini (Proximity BBDO), Blue de Christophe Lambert (FFL) ou encore L'Atelier Corporate de Serge Perez (Publicis Consultants). Le virus de l'entrepreneuriat, contraint ou forcé, est de retour dans la communication.

Envoyer par mail un article

400 agences de communication

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies