Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Leur argent de poche intéresse les banques

04/09/2008 - par Pascale Caussat

Selon TNS Media Intelligence, les collégiens reçoivent en moyenne 16,75 euros d'argent de poche par mois. Un sondage CSA-LCL mené auprès des 7-15 ans en 2006 portait ce chiffre à 23 euros, soit une manne de 2 milliards d'euros annuels. Une chose est sûre : l'argent est au cœur du conflit entre le désir d'autonomie des adolescents et la volonté de contrôle des parents.

Les banques l'ont bien compris, qui multiplient les offres destinées à valoriser les premiers tout en rassurant les seconds. La Caisse d'épargne a dégainé la première en proposant dès le mois de juin 2007 une carte bancaire prépayée pour les 12-17 ans. Développée avec Mastercard, elle permet de régler des achats en France et à l'étranger. Mais les parents ont la main sur le rechargement et le plafond, pilotés à distance par Internet.

Cette année, BNP Paribas a lancé un produit équivalent, la carte Jump, avec Visa et Orange (l'opérateur téléphonique est la cinquième marque préférée des 11-25 ans, selon l'étude Zadobus de l'institut CSA). Outre la fonction de paiement, des offres commerciales renouvelées tous les quinze jours sont envoyées aux jeunes clients et, là encore, les parents maîtrisent l'alimentation de la carte.

À ceux qui s'insurgent contre ces offensives commerciales, les banques brandissent l'argument de la sécurité. "Quand un jeune part en séjour linguistique en Angleterre, vaut-il mieux de l'argent liquide ou une carte sur laquelle on peut faire opposition ?", interroge le service de presse de la Caisse d'épargne. L'Écureuil vise entre 300 000 et 500 000 détenteurs de ce nouveau moyen de paiement d'ici à 2010.

"Les cartes prépayées comme notre carte Jump participent à l'émancipation de l'adolescent, souligne Stéphane Battez, responsable cartes chez BNP Paribas. Les téléphones portables ont ouvert la voie, les cartes bancaires sont une suite logique." La différence entre fille et garçon n'apparaît pas significative sur ces produits. La Caisse d'épargne a tout de même pris soin de proposer quatre visuels de carte, histoire de plaire à toutes les tribus.

Envoyer par mail un article

Leur argent de poche intéresse les banques

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.