Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

quotidiens

La PQR résiste... et innove

11/09/2008 - par Muriel Signouret

Les titres régionaux n'ont pas été longtemps privés des annonceurs de la grande distribution qui reviennent en force. Ils apprécient la réactivité et la puissance du média.

Cela aurait pu être catastrophique. Mais, finalement, la presse quotidienne régionale a plutôt bien résisté à l'ouverture des écrans publicitaires aux annonceurs de la grande distribution. «La PQR a été trop facilement mise au piquet en 2007. Aujourd'hui, la quasi-totalité des enseignes est de retour dans nos pages», affirme Stéphane Delaporte, directeur général adjoint de Quotidiens associés, l'une des deux régies extralocale de la presse régionale.

Certes, le média a dû se serrer la ceinture en 2007 pour amortir le manque à gagner de 10 millions d'euros causé par le départ des distributeurs vers la télévision. Une période de morosité qui n'a toutefois pas entaché la volonté d'innover de Quotidiens associés et de Com  Quotidiens, qui en ont profité pour mettre sur pied de nouvelles offres dans le cadre de PQR 66.

Ce produit commercial national, commun à 59 titres régionaux, a effectivement enrichi début 2008 sa gamme Access, déjà forte de 10 produits. Avec Access Cahier 4 pages, il s'agit de mettre en avant la force d'impact des quotidiens régionaux. Quant à l'Access caritatif, il inscrit de plain-pied le média dans les problématiques ayant le vent en poupe, comme le développement durable.

Seul média à générer du trafic

Même si les annonceurs semblent revenus au premier semestre, les régies continuent d'enrichir le PQR 66. Dernières nouveautés en date: l'offre PQRH-Emploi, lancée en juin, qui se veut un levier d'image institutionnelle en province, et l'offre Pub financière, qui verra le jour à la mi-septembre, ciblant les actionnaires individuels. Autrement dit, la PQR semble bel et bien avoir tourné la page 2007, marquée par la fuite de la grande distribution, puisqu'elle se lance dans la conquête de nouveaux secteurs.

«Sur la grande distribution, qui constitue notre deuxième secteur investisseur après l'automobile avec 20% des investissements publicitaires dans la PQR, nous avons retrouvé le niveau de 2006, voire davantage», poursuit Stéphane Delaporte. Si la télévision aide l'enseigne à accroître sa notoriété et à peaufiner son image, seule la PQR permet véritablement de générer du trafic en magasins. Or, pour ces enseignes, le retour sur investissement de leur plan médias est indispensable.

Ainsi, si E.Leclerc communique à la télévision sur les produits créés par son enseigne, tels que les "marques repères", il préfère de loin utiliser les quotidiens locaux pour promouvoir ses opérations commerciales. «Réactivité du média, maillage du territoire, caution de la marque média vis-à-vis de la marque enseigne: la PQR a des atouts dont ne dispose aucun autre média», renchérit Sylvie Poiré, la directrice marketing de Com Quotidiens.

Sans oublier sa puissance, construite autour des 18 millions de lecteurs qu'elle compte chaque jour. «C'est bien plus que le prime time de France Télévisions, qui culmine à 7 ou 8 millions de téléspectateurs», poursuit le directeur général adjoint de Quotidiens associés, qui lorgne déjà les annonceurs privés des espaces publicitaires du service public.

Ciblage géographique

Encore faut-il prouver toutes ces vertus aux enseignes et aux marques de grande consommation. C'est dans ce but que les quotidiens régionaux ont développé l'outil Conso Régions, qui permet d'évaluer les performances du dispositif bimédia TV/PQR et de démontrer la force de la complémentarité des deux médias. Ce qui lui a permis d'attirer Nestlé, d'être intégrée dans le dispositif de lancement de Red Bull ou encore de promouvoir Coca-Cola Blak.

Du côté des annonceurs locaux, les titres parviennent également à maintenir la barre. À Ouest-France, dont les recettes publicitaires proviennent à 85% des annonceurs locaux, la régie Précom a enregistré une progression de 4,3% de sa publicité commerciale régionale au premier semestre 2008.

«Les commerçants sont intéressés par notre média de masse, qui offre en outre un ciblage géographique, indique Philippe Toulemonde, directeur général délégué d'Ouest-France.La PQR offre aussi l'atout de la répétition et de la réactivité.»
Reste qu'elle doit demeurer innovante alors que le marché devient de plus en plus concurrentiel avec les gratuits d'annonces, les prospectus ou encore les radios locales.

Envoyer par mail un article

La PQR résiste... et innove

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.