Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Pour l’Europe, la France marque le coût

25/09/2008 - par Muriel Jaouën

Cent quatre-vingt-dix millions d’euros: quand la France préside l’Union européenne, elle se donne les moyens de le faire savoir. Une manne pour quelques agences spécialisées.

Pas moins de 650 manifestations en 6 mois, excusez du peu. Rencontres, sommets, colloques, séminaires, épreuves sportives, festivals, installations... C'est au total un budget de près de 190 millions d'euros qui a été affecté à l'ensemble du dispositif de coordination et de communication déployé autour de la présidence française de l'Union européenne (PFUE), du 1er juillet au 31 décembre 2008.

Un budget géré par le secrétariat général de la PFUE, structure temporaire placée sous l'autorité du Premier Ministre, et trois fois plus important que ce dont disposait la présidence française de l'Union en 2000. Ce qui n'a pas manqué d'émouvoir la commission des finances du Sénat, évoquant un "guichet ouvert pour l'organisation d'événements".

Pour ne pas alourdir davantage la facture, le SGPFUE, qui exerce également le monopole d'attribution du label Présidence française à une quarantaine de manifestations publiques, a conclu des partenariats financiers avec un certain nombre de grandes entreprises. Ainsi, l'éclairage de la tour Eiffel au bleu étoilé de l'Europe a été financé par Areva. Un budget de quelque 500000 euros, affirme-t-on chez Euro RSCG Worldwide Events, qui signe ici l'événement le plus médiatisé de cette présidence française (lire aussi en page xx).

"C'est une prouesse technique. Pour obtenir une lumière totalement uniforme de bas en haut de la tour, il a fallu installer 300 projecteurs de cinéma sur l'ensemble de l'armature. Un mois de travail, exclusivement la nuit", raconte Gérard Askinazi, président d'Euro RSCG Worldwide Events.

Écoresponsabilité exigée

La fièvre événementielle déclenchée autour de la PFUE fait bien sûr le bonheur des agences retenues. "Il y a un motif de fierté à travailler pour des événements de cette ampleur et dans ce contexte", remarque Valérie Levasseur, dirigeante de Connect Factory. Cette agence du groupe Aegis a hérité de la Première Rencontre européenne des jeunes apprentis, rassemblement le 3 octobre à Bercy de 12000 jeunes venus des 27 pays de l'Union. Elle produira également, pour le compte de sa cousine Carat Culture, autre filiale d'Aegis, les cérémonies de clôture de la présidence française.

À elle seule, Market Place récupère 80 événements, dont 58 à l'estampille du ministère de l'Écologie. "L'activité communication publique va générer cette année 50 % du chiffre d'affaires de l'agence, contre 25 à 30 % à l'ordinaire", explique Vera Liebermann, directrice de ladite activité. Ce tableau de chasse, Market Place le doit à une expertise reconnue dans le secteur non marchand et le segment du développement durable – l'agence a entre autres orchestré le Grenelle de l'environnement.

"Les événements commandés par le ministère de l'Écologie sont sans doute les plus exigeants, témoigne Vera Liebermann. Le cahier des charges s'inscrit évidemment dans une démarche écoresponsable: lieux conçus pour abriter un événement propre, repas a minima à 15 % bio, café et sucre issus du commerce équitable, tri des déchets, accès par train plutôt que par avion – 90 % des événements que nous réalisons ont eu et auront lieu en France."

On en n'est pas encore à exiger la neutralité en carbone, mais on s'en approche. Parmi la palette de manifestations chapeautées par le ministère de l'Écologie, les "conseils informels écologie et énergie" qui ont ouvert la présidence française, signés Market Place, encore, ou Les Souffles de l'Europe, qui échoient à Euro RSCG Worldwide Events.

 

 

190 millions, pour quoi faire ?

Sur les 190 millions d'euros, 90 millions iront aux manifestations traditionnelles de la présidence de l'Union: organisation de deux Conseils européens, neuf sommets avec les pays tiers, 35 conseils des ministres européens. Les manifestations organisées à l'initiative de la France et de ses différents ministères s'élèveront à 80 millions d'euros. Quant aux 20 millions restants, ils correspondront, entre autres, aux activités de communication et aux frais de fonctionnement du SGPFUE.

Envoyer par mail un article

Pour l’Europe, la France marque le coût

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies