Vous êtes ici

Evenementiel

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Evénementiel

La rue se met sur la voie sécuritaire

07/04/2017 - par Valéry Pothain @vpothain

Si personne n’est surpris d’entendre qu’il est plus difficile d’organiser un événement sur la voie publique depuis les attentats, on peut l’être en apprenant que les organisateurs ne seraient pas tous soumis aux mêmes règles. Deux poids, deux mesure?

L’événement, parce qu’il est générateur de lien social, est depuis toujours un média stratégique pour les collectivités locales, qui y trouvent un outil d’animation de leurs espaces et de dynamisation de leur image. Ouvert aux festivals, aux marchés de Noël et autres épreuves sportives, l’espace public est devenu un terrain de jeu pour les marques, partenaires ou organisatrices de l'événement.

Pas d'interdiction de principe

Mais la succession d’attentats depuis 2015 et leurs conséquences (état d’urgence…) ont quelque peu changé la donne, durcissant certaines règles et en imposant d’autres. Sans surprise, la sécurité, déjà importante, est devenue centrale et plus conséquente, exigeant parfois le doublement des effectifs (et donc du budget) qui lui sont consacrés. Ce qu’aucun professionnel ne remet en question. «Les dossiers sont examinés avec plus de zèle, il faut faire plus attention, être sérieux, clair et précis sur le dispositif, mettre plus de sécurité, rien que du bon sens, observe Thierry Reboul, patron d'Ubi Bene. En revanche, il est clair que la peur s’est invitée dans le débat, tant du côté des donneurs d’ordre que de celui des agences.  Depuis, il est devenu très facile de trouver des bonnes raisons de ne pas faire. Mais, aujourd’hui comme avant les attentats, rien n’est interdit par principe.» Et de citer l’exemple du Paris Drone Festival, organisé en septembre dernier dans le cadre du programme d’animation voulu par le comité des Champs-Élysées et la mairie de Paris. Loin de voir l’activité se tendre, Ubi Bene annonce même une augmentation des événements organisés sur la voie publique, qui représentent désormais 95% de son activité, contre 70% avant les attentats.

Revirements de dernière minute

Mais, à en croire Bertrand Biard, président de l'association professionnelle Lévénement, le cas Ubi Bene ne reflète pas toute la réalité de la situation. Il existe un double langage des donneurs d’ordre: «D’un côté, les représentants de la ville tiennent toujours un discours nous incitant à leur proposer des événements pour animer l’espace public, avec l’accord de la préfecture. Lorsque nous arrivons avec nos propositions, ils nous disent que c’est compliqué. Et même, après avoir scrupuleusement respecté leur cahier des charges, lorsqu'ils nous donnent l’autorisation, nous ne sommes pas à l’abri d’une annulation ou d’une demande de modification de dernière minute, comme lors de la dernière Love Run.» Après une première édition en février 2016 dans le bois de Boulogne, la mairie de Paris a proposé à Manifestory d’organiser l’édition 2017 dans la ville et d’installer le village sur le parvis de l’Hôtel de Ville. Acceptée par la municipalité après étude du dossier en juin 2016, la course a finalement été renvoyée dans le bois un mois avant son déroulement. Avec une configuration et des contraintes techniques différentes, mais aussi une histoire moins attrayante à raconter au public et aux sponsors, qui sont ses seules sources de revenu. «Pour les producteurs que nous sommes, ce genre de pratique freine l’initiative, quand il ne menace pas notre business model. J’ai perdu 60 000 euros dans l’histoire», précise Bertrand Biard. Et de déplorer une autre attitude: «La ville a motivé sa décision par le fait qu’il y avait déjà trop de courses à Paris. Pourquoi, alors, nous avoir proposé de la faire là alors que nous n’avions rien demandé? Et pourquoi autoriser plus tard ASO à organiser une nouvelle course [la Run my City, qui s’est déroulée le 27 mars] dans les rues parisiennes?» (A lire aussi :Evénementiel, la nouveauté à tout prix)

Envoyer par mail un article

La rue se met sur la voie sécuritaire

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies