Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Comment Yahoo a amadoué les vieux médias

30/11/2008 - par Delphine Le Goff

Longtemps considéré comme un rival, voire comme un pilleur, le site d’actualité du portail a réussi à vaincre les réticences des éditeurs en jouant les pourvoyeurs d’audience.

Sur cette libération tant espérée, ils ont été les premiers. Le 2 juillet 2008, c'est Yahoo Actualités qui a été le plus véloce pour annoncer la fin du calvaire d'Ingrid Bétancourt. Une source extérieure avait prévenu l'agrégateur que l'information allait sortir. «Les éditeurs nous contactent fréquemment afin de nous avertir des scoops qu'ils vont publier», raconte Julien Laroche-Joubert, qui dirige Yahoo Actualités. Un bel exemple de confraternité entre anciens et nouveaux médias, même si ces échanges de bons procédés sont tout récents, et intéressés...

Si, aujourd'hui, le portail d'information de Yahoo roucoule de concert avec les quotidiens et les news magazines, les «vieux» médias ont longtemps joué les beaux indifférents. «L'évangélisation a été longue», soupire Julien-Laroche Joubert. «Nous étions perçus comme des concurrents, avec l'idée que nous gardions l'audience pour nous.» En 2007, année présidentielle en France, la méfiance se mue en un vif intérêt.

«Il y a eu trois phases dans nos rapports avec les éditeurs», explique Stéphane Bismuth, directeur des contenus et services de Yahoo France. «D'abord une longue période où les journaux avaient peur du pillage, à l'instar des journaux belges attaquant Google.» Puis, les quotidiens et les news magazines ont fondé leurs propres sites, gardant jalousement leurs contenus exclusifs. Mais le phénomène 2.0 est passé par là. «Les éditeurs se sont rendu compte que nous ne les cannibalisions pas tant que cela. À partir de ce moment-là, ils ont décidé de permettre de retrouver leur contenu sur Yahoo, partant de ce théorème classique du commerce : plus l'on a de canaux de diffusion, plus l'on vend», souligne Stéphane Bismuth. Aujourd'hui, Yahoo a noué des partenariats avec une trentaine de sites.

Être diffuseur, à l'instar d'un kiosquier

La prochaine page d'accueil du portail, qui sera mise en ligne au premier semestre 2009, sera à l'image de cette collaboration désormais apaisée. «Elle a été pensée dans une dimension d'ouverture : nous y avons intégré un accès à Yahoo News, mais aussi au Monde et au Figaro, tout comme d'ailleurs aux services mail de Google et d'AOL», indique Stéphane Bismuth. Ce relookage n'est pas de moindre importance : 70% du trafic de Yahoo Actualités provient de cette page, qui reçoit 6 à 7 millions de visiteurs uniques par mois. Elle est d'ailleurs animée par une équipe spécifique, qui soigne titres et accroches.

«Nous passons notre temps à régler les sujets sur lesquels l'on clique le plus», précise Stéphane Bismuth. Ceux-ci sont ainsi distillés selon l'heure de la journée : plutôt de l'actualité chaude le matin, lorsque les internautes arrivent au bureau, du plus léger le midi, pour les lecteurs qui déjeunent d'un sandwich devant leur écran, les sujets «pouvoir d'achat» étant de préférence diffusés le week-end.

Chez Yahoo Actualités, on revendique presque la même démarche que celle d'un kiosquier, qui tente au mieux de mettre ses journaux en valeur. «Notre positionnement, c'est vraiment d'être un diffuseur», martèle Stéphane Bismuth. Lors des élections américaines, le Yahoo Actualités local a été le site le plus visité, devant CNN et autres NBC...

Envoyer par mail un article

Comment Yahoo a amadoué les vieux médias

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.