Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Coup de froid sur les budgets

29/01/2009 - par M.J.

Dans les entreprises, l’heure est à l’attentisme. En exclusivité pour Stratégies, les résultats du 17e Observatoire du tourisme d’affaires de Bedouk Meetings & Events Media.

Quelles perspectives pour le tourisme d'affaires en 2009 ? Pas bonnes, si l'on en croit les acheteurs, dont un cinquième envisagent de mettre un frein à leur activité d'organisateurs de manifestations professionnelles. C'est ce que révèle l'Observatoire du tourisme d'affaires, dont la 17e édition ne laisse pas de place au doute : la crise impacte le marché à sa source, c'est-à-dire au niveau de la demande. L'étude annuelle menée par Coach Omnium pour Bedouk Meetings & Events Media ne pouvait pas ne pas interroger les entreprises sur leurs projets de tourisme professionnel dans les mois à venir. Or, 17% d'entre elles (contre 10% en 2007) se disent justement inaptes à se projeter. Parallèlement, la part des entreprises qui envisagent à la hausse leur activité séminaires tombe à 9% (-14 points). «Il faut noter que 53% des entreprises pensent maintenir un nombre constant de manifestations», nuance Benoît Rosenthal, directeur général de Bedouk Editions. Pour autant, note-t-il, les budgets devraient en toute logique diminuer. Ainsi, 67 % des entreprises touchées par la crise comptent d'ores et déjà réduire leurs dépenses. Revue de détail.

 

Le marché

En 2008, les entreprises établies en France ont dépensé un volume global estimé à 9,17 milliards d'euros en tourisme d'affaires, un investissement qui s'affiche en hausse de 1,4% par rapport à 2007. L'année précédente, la croissance était de 2,7%. L'infléchissement s'est exprimé dans la seconde moitié de 2008, avec la crise des «subprimes». Le premier semestre avait en effet suivi une évolution plutôt satisfaisante et conforme aux prévisions de 2,5%. Mais dès la rentrée, nombre de sociétés qui n'avaient pas engagé de réservations ont tout bonnement décidé d'annuler leurs projets. D'où une diminution sensible de la demande durant le dernier trimestre.

 

Les postes affectés par la crise

Comment les entreprises reporteront-elles les effets de la crise ? Pour 45% d'entre elles, le budget par participant sera revu à la baisse. Le poste transport sera impacté à 28%. «Les catégories des infrastructures d'accueil vont également s'en ressentir. Les organisateurs vont plus souvent privilégier les trois étoiles et renoncer aux catégories grand luxe», commente Benoît Rosenthal. Plus radicalement, 18% des sociétés envisagent d'aller jusqu'à l'annulation d'opérations.

 

Les destinations privilégiées

L'attrait pour l'étranger diminue, passant de 31% en 2007 à 22% pour les prévisions 2009. L'Europe du Sud rafle la mise, en fédérant 71% des projets 2009. Suivent l'Europe de l'Est et de l'Ouest (57%), puis celle du Nord. Quant aux destinations émergentes, les entreprises citent au premier chef et à égalité (44%) l'Europe de l'Est et le Maghreb (Tunisie et surtout Maroc). La Chine et l'Inde intéressent également 20% des sociétés interrogées. Pour autant, aucune d'entre elles n'a encore envisagé d'y organiser un événement, distance et coûts obligent. La France reste néanmoins, et de loin, la première destination choisie par les entreprises. Avec un intérêt croissant pour la province. Si Paris maintient une dimension prestigieuse qui séduit les entreprises, elle devrait souffrir en 2009 de prix jugés dissuasifs.

 

Les budgets alloués

Pour la première fois depuis trois ans, les budgets alloués aux séminaires résidentiels ont légèrement diminué. En 2007, 48% des entreprises dépensaient plus de 230 euros par jour et par personne. Elles ne sont plus que 21% en 2008. Un tiers d'entre elles consacrent entre 121 et 150 euros par participant. Les organisateurs interrogés sont par ailleurs plus nombreux à se plaindre d'enveloppes qui ne suivraient pas la hausse des prix affichée par les prestataires.

 

Le développement durable

L'écoconception reste la grande oubliée du tourisme d'affaires. Seules 6% des entreprises disent tenir systématiquement compte des impératifs du développement durable. Elles sont 8% à déclarer y penser souvent et 27% un peu. L'environnement, les entreprises s'y intéressent généralement dans le cadre des transports, de l'édition de documents papier et du recyclage des matériaux. Mais «le souci de limiter les transports ou l'édition des documents est avant tout une façon de limiter le coût», note Benoît Rosenthal.

 

(encadré)

Méthodologie

L'étude repose sur des entretiens téléphoniques réalisés par Coach Omnium entre octobre et décembre 2008 auprès de 200 entreprises françaises et étrangères établies en France. Elle incorpore également des résultats d'enquêtes menées au cours de l'année 2008 auprès de 880 sociétés. L'étude s'appuie sur un échantillon de 1 100 organisateurs de manifestations.

 

En savoir +

www.coachomnium.com

Envoyer par mail un article

Coup de froid sur les budgets

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.