Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Paroles de jeunes publicitaires

05/02/2009 - par L.L., avec A.Db., M.M. et M. di R.

Alors, heureux ? De jeunes salariés* en agences racontent leurs bonnes et mauvaises surprises. Témoignages à bâtons rompus, où tout nouveau ne rime pas toujours avec tout beau, surtout pour les jeunes commerciaux.

L'ambiance

«Les rapports sont détendus et peu formels. Tout le monde se tutoie, s'habille comme il veut. En plus, il y a des tas de jolies filles !» Jérémie, directeur artistique, vingt-trois ans

«C'est pas la fête tous les jours mais, quand même, on se marre bien. L'ambiance est souvent détendue. Les collègues sont plutôt sympas, jeunes et ouverts d'esprit.» Clément, directeur artistique Web, vingt-trois ans

«Ça se la joue beaucoup. Tout n'est bien souvent qu'apparence. À quoi ça sert de se tutoyer si l'on n'échange rien ?» Marie, directrice artistique, vingt-cinq ans

«Il y a un esprit de compétition parfois malsain. En “open-space”, tout le monde se surveille, voire cafte au boss à la première occasion.» Laure, chef de pub, vingt-sept ans

«Personne ne se tire dans les pattes. Dans mon agence, on fonctionne à l'entraide. Sans aucun snobisme ni a priori.» Régis, concepteur-rédacteur, vingt-deux ans

L'intérêt du travail

«Le boulot est passionnant. On travaille sur des marques prestigieuses et des problématiques intéressantes face à des interlocuteurs annonceurs de haut niveau.» Benoît, commercial, vingt-trois ans

«On nous fait tout de suite confiance. Deux mois et demi après mon embauche, j'ai pu présenter mes travaux pour des compétitions sur de très gros clients.» Pierre, directeur artistique, vingt-quatre ans

«J'ai énormément d'autonomie. C'est un luxe. Peut-être que c'est parce que je suis dans une petite agence.» Jérémie, directeur artistique, vingt-trois ans

«La possibilité de passer d'une problématique à une autre et d'un budget à l'autre est très stimulante. Cette variété nous permet de rester toujours en éveil.» Valérie, conceptrice-rédactrice, vingt-trois ans

La charge de travail

«On bosse souvent le week-end ou en dehors de ses horaires de travail avec un défraiement des plus minimes. Mais, quand on aime, on ne compte pas !» Régis, concepteur-rédacteur, vingt-deux ans

«La vie en agence, c'est souvent 60 heures par semaine. Si les agences payaient les heures sup, elles auraient depuis longtemps fait faillite !» Pascale, commerciale, vingt-six ans

«Le commercial en agence se doit d'être toujours “au taquet” et “sous l'eau”, sinon c'est mauvais signe pour lui : ça sent le sapin ou du moins le placard…» Laure, chef de pub, vingt-quatre ans

«Ce que nous faisions en trois mois à l'école se fait en quinze jours à l'agence. Il faut savoir faire des concessions sur sa vie privée.» Pierre, directeur artistique, vingt-trois ans

La reconnaissance

«Le directeur de création ne cesse de nous encourager. Je ne m'attendais pas à être couvée de la sorte.» Virginie, directrice artistique, vingt-quatre ans

«Parfois, on est dans la mesquinerie pure et simple. Exemple : on nous refuse le remboursement d'un repas commandé à l'agence à minuit lors d'une compétition, sous prétexte qu'on ne l'a pas négocié par avance.» Muriel, commerciale, vingt-huit ans

«Outre les salaires pas mirobolants, le management est désastreux. Un petit merci ou bravo, ça ne coûte pourtant pas grand-chose.» Laure, chef de pub, vingt-quatre ans

La relation avec les clients

«Le plus dur, c'est de savoir encaisser et résister à la pression énorme du client.» Muriel, commerciale, vingt-huit ans

«Avant de bosser en agence, j'imaginais des clients tombant de leur chaise en voyant une créa. Mes collègues m'ont dit que ça n'arrivait jamais…» Éva, directrice artistique, vingt-cinq ans

«La pression du client, ça fait quand même avancer. On doit être un maximum ingénieux et s'adapter pour arriver à ses fins.» Benoît, commercial, vingt-six ans

«Je bosse depuis quatre ans et je peux dire que les relations avec les annonceurs se sont dégradées terriblement. Aujourd'hui, c'est la guerre.» Greg, commercial, vingt-neuf ans

«Quand on arrive en agence, on veut faire la pub qui nous ressemble. Malheureusement, les annonceurs sont beaucoup trop frileux. C'est parfois frustrant.» Laurent, concepteur-rédacteur, vingt-quatre ans

«Les annonceurs ont une perception des agences très dégradée. Nous sommes devenus pour eux des prestataires comme les autres : des exécutants sans dimension de conseil.» Olivier, commercial, vingt-sept ans

«Nous n'avons pas toujours la même perception du consommateur. Un choc des cultures. C'est comme si l'agence était toujours fixée sur la demande et les annonceurs toujours fixés sur l'offre.» Gregory, commercial, vingt-quatre ans

Envoyer par mail un article

Paroles de jeunes publicitaires

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.