Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

presse

Presse gratuite

14/05/2009 - par Amaury de Rochegonde

L’abondance de l’offre de journaux gratuits pèse, en période de crise, sur les comptes d’exploitation des éditeurs. Mais face aux faibles revenus générés par Internet, le papier a encore de beaux jours devant lui.

La presse gratuite est-elle à l'aube de grands bouleversements ? Confrontée à la chute des recettes de publicité sur les marchés immobiliers et automobiles, pénalisée par la raréfaction des offres d'emploi, elle est sans doute la première victime de la récession dans la mesure où elle ne peut pas s'appuyer sur d'autres leviers que la conjoncture publicitaire.

Sans trop de bruit, les trois grands de la presse d'annonces (Comareg, Spir et S3G) ont donc été contraints de procéder chacun à une centaine de suppressions de postes en 2009 pour faire face à un retournement de tendance amorcé dès la mi-2008. L'an dernier, le leader Comareg (Groupe Hersant Média) n'accusait encore qu'un recul de 6% de son chiffre d'affaires. Ce sera sans doute bien pire en 2009.

L'impact des gratuits en France est renforcé

De leur côté, sur l'ensemble de l'année 2008, les quotidiens gratuits d'information subissent des pertes qui affectent tantôt le papier (Metro), tantôt le site Web (20 Minutes).Faut-il donc s'attendre à une situation qui dégénère à la façon de la presse gratuite espagnole, qui vient de voir disparaître l'édition ibérique de Metro sur fond d'écroulement des prix dans l'immobilier et de retour du chômage de masse ? La crise va-t-elle accélérer en France le basculement de coûteuses éditions imprimées vers des sites Internet et autres canaux exclusivement numériques ? Rien n'est moins sûr.

L'office de justification de la diffusion (OJD) vient en effet d'être appelé à la rescousse pour renforcer l'impact des journaux gratuits dans l'Hexagone en certifiant la prise en mains de douze quotidiens et de deux hebdomadaires (Paru Vendu et À Nous Paris). Résultat : il apparaît que 93,5% à 99,9% des exemplaires de gratuits sont non seulement distribués par l'éditeur, mais emportés par le lecteur.

Un tel indice montre bien que les gratuits auraient tort de ne plus miser sur le papier même si le secteur est sans doute appelé à se concentrer. Bolloré Média ne s'y trompe pas : éditeur notamment de Direct Matin et Direct Soir, il prévoit de lancer une édition à Strasbourg dès cette année. Tout en restant absent du Web qu'il juge encore trop peu profitable.

Envoyer par mail un article

Presse gratuite

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.