Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

400 agences de communication

12/11/2009 - par Alain Delcayre

Stratégies publie, avec le concours de Coface Services et d'Editorial & Régie, le classement des principales sociétés de communication en France, selon leur chiffre d'affaires et leur résultat net.

«Les conditions sont moins pires, il n'y a pas eu d'Armageddon» ; «Stabilisation de la baisse des dépenses des clients aux Etats-Unis et lente reprise européenne en 2010 »; «Il faut s'attendre à un retour à la croissance graduel»; «Le marché publicitaire a touché son point bas au cours de l'été dernier… (il) amorce son redressement qui sera lent et progressif.» Lors de la présentation de leurs résultats du troisième trimestre 2009, Martin Sorrell, John Wren, Michael Roth et Maurice Lévy, les patrons des quatre plus grands groupes de communication au monde (WPP, Omnicom, Interpublic et Publicis Groupe), affichaient un optimisme mesuré, que l'on espère de bon augure. Car le marché n'a jamais connu pareille crise.

En France, après un recul de 2,8% en 2008, le secteur a enregistré une baisse historique de 18,1% au premier semestre 2009, selon l'Institut de recherches et d'études publicitaires (Irep). Une chute qui n'épargne évidemment pas les agences. Si la plupart d'entre elles semblent avoir plutôt bien anticipé la crise, certaines l'ont subi de plein fouet, ainsi l'agence de marketing services CRM Company, qui a dû procéder à une levée de fonds pour sortir la tête de l'eau, et surtout Yin Partners, qui a cessé l'activité de deux de ses filiales. «Mais les vraies difficultés, notamment pour les indépendants, dont les fonds propres sont structurellement insuffisants, devraient apparaître l'an prochain lors de la diffusion des comptes 2009», prédit Frédéric Assouline, associé de Spin Off & Co, spécialisé en stratégie et fusions-acquisitions. Côté grands groupes, les rumeurs de regroupements vont bon train : McCann pourrait accélérer le rapprochement avec MRM Momentum et l'idée d'une reconfiguration au sein de TBWA autour de Jump est récurrente sur le marché.

«La rémunération des agences devrait chuter de 10 à 20%. Celles ayant des contrats à la commission sont les plus pénalisées», note Bernard Petit, président du cabinet-conseil en sélection d'agences VT Scan. «Sur ce point, la loi Sapin privilégiant les honoraires les a protégées», assure Henri-Christian Schroeder, président de Schroeder & Associés, spécialiste des fusions-acquisitions. «La rémunération des agences a tout de même moins baissé que le volume des investissements publicitaires. C'est une première, et le signe que la valeur du travail des agences commence à être reconnue», ajoute-t-il.

La question centrale du numérique

Un optimisme que ne renierait pas Jean-Marie Dru, président de TBWA Worldwide, qui lors d'une conférence organisée fin septembre par le Cristal Festival, lançait : «Je crois au futur des agences. L'essentiel de notre mission, qui consiste notamment à créer des cercles vertueux autour de la marque, et pas seulement des campagnes, ne change pas.» Si la mission des agences reste la même, la manière de l'accomplir, elle, a sensiblement changé. «Le “business model” des agences est totalement remis en cause avec la question centrale du numérique : faut-il créer une filiale, un département ou l'intégrer ? Cela reste à clarifier et de nouveaux équilibres sont en train d'apparaître», estime Bruno Paillet, président du cabinet Conseils & Annonceurs Associés. Pour sa part, Daniel Collé, associé de Spin Off & Co, est plus circonspect : «L'intégration du digital à minima est certes acquise. Tout le monde se projette par rapport à ça, mais les faits ne suivent pas toujours. Par ailleurs, en plaçant le digital au centre, se pose inévitablement la question de l'application à tous les métiers de la communication du marketing à la performance, ce qui est impossible dans les faits. Il y a donc une réflexion de fond à faire sur l'offre.»

Sur ce point, Publicis a depuis longtemps pris la mesure de l'enjeu. Après l'intégration de Digitas, le groupe présidé par Maurice Lévy a finalisé en octobre le rachat, pour 530 millions de dollars (environ 378 millions d'euros), de Razorfish à Microsoft, ce dernier devenant actionnaire du groupe français de communication à hauteur de 3,3%. Une acquisition qui permet à Publicis de réaliser un peu plus de 25% de ses revenus dans le numérique, un objectif initialement prévu pour fin 2010. Ce mouvement s'est traduit ces dernières semaines en France, côté organisation, par la nomination de Stéphane Amis, patron de Digitas, à la présidence de Duke (filiale de Razorfish) et par le transfert de Sébastien Vacherot de la présidence et de la direction de création de TBWA MAP à la tête de Publicis Net et de la création numérique de Publicis Conseil.

Un entrepreneriat très actif 

Et les grandes manœuvres ne font que commencer. Les initiatives au plus haut niveau se multiplient. Publicis Groupe vient ainsi de signer un partenariat mondial avec Microsoft pour développer la publicité en ligne, et ce notamment via la création et la distribution de contenus numériques au sein d'un studio créé pour l'occasion et un travail en commun sur la mesure de la performance de la publicité en ligne et le ciblage de l'audience visée. De son côté, WPP a annoncé le lancement d'un projet visant à explorer, avec le concours de Microsoft Advertising, les possibilités offertes par le marketing lié aux moteurs de recherche sur Internet.

«Cette orientation digitale est d'autant plus essentielle que l'on observe une montée en gamme des enseignes interactives : les annonceurs demandent en effet de plus en plus à ce type d'agences de réfléchir sur leur stratégie», constate Henri-Christian Schroeder, de Schroeder & Associés, qui voit dans «les jeunes dirigeants de ces structures les successeurs naturels des publicitaires à la tête des groupes de communication, plus que les professionnels du marketing services». De fait, le marché a vu percer de nouveaux acteurs ayant placé le online au cœur de leur démarche, tels Fred & Farid, La Chose, Adjust, Buzzman, Chainsaw, Fullsix, Plan.net ou encore Isobar. Certaines de ces agences ont été créées ces cinq dernières années par d'anciens dirigeants de grands groupes. Mais cette tendance semble toutefois s'essouffler : «Dans le contexte actuel, les managers en poste réfléchissent à deux fois avant de lancer leur propre agence. Sans compter que les licenciements parmi les hauts postes ont diminué par rapport aux précédentes crises», assure Henri-Christian Schroeder. Quelques exceptions pourtant, comme l'ancien directeur de création de DDB Paris, Sylvain Thirache, qui a ouvert l'agence parisienne du canadien Sid Lee, et Pascal Manry, ex-JWT, qui a fondé sa propre agence, baptisée Vingt-neuf.

Tout compte fait, malgré la crise, l'entreprenariat dans la communication s'est plutôt bien porté. Les créations d'agences se comptent par dizaines, à commencer bien sûr par le marché du Web, comme Curt & Cie (Lionel Curt, ex-Mégalos), Evolve (Yann Dacquay, ex-Regenere et Fullsix), Nice to meet you, créée par des anciens de Péo Léo et Odiso, Les Gros Mots (Nicolas Gandrillon et Morgan Faivre, ex-La Chose), Linkingbrand (Pierre Bizollon, ex-BASF) ou Pure Agency.com (Christophe Léon, ex-Voyages-sncf.com). Des initiatives d'autant plus audacieuses que Zenith-Optimedia prévoit un marché mondial atone en 2010, à 0,5% de progression, après une baisse estimée à 10% cette année.

Voir le classement. 

Envoyer par mail un article

400 agences de communication

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies