Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Pour être visibles sur les moteurs de recherche, les grandes maisons doivent respecter quelques règles d’optimisation. Revue de détail par Adina Barvinschi, chargée des stratégies SEO pour les sites français et néerlandais de l'agence de traduction Lingo24.

Les techniques de base du SEO («search engine optimization», optimisation pour les moteurs de recherche) peuvent assurer la présence des sites Web des marques de luxe dans les premières positions des pages de résultat des moteurs. Outre les possibilités légales de protection, cette visibilité aidera les clients à choisir de faire leurs achats sur les sites officiels plutôt que sur divers sites parasites.

 

Les sites Internet des marques de luxe se caractérisent par quelques spécificités, comme la primauté du design sur le texte. Ce qui suppose une approche spécifique pour les e-marketeurs, généralement d'abord préoccupés par les mots qui composent un site Web. De même, les contenus multimédias (fichiers Flash, images ou mélodies) qui abondent sur les sites des grandes maisons, doivent faire l'objet d'un soin tout particulier si l'on veut qu'ils soient lus par les robots des moteurs de recherche.

 

Le premier pas réside donc dans la découverte des termes spécifiques afin d'optimiser les sites autour de ces mots (dans les en-têtes, les métadonnées et le texte proprement dit). Les outils de découverte automatique (tel que Google Keyword Tool) ne sont pas toujours adaptés aux marques de luxe, surtout si elles souhaitent lancer des sites Web internationaux et s'assurer d'une bonne traduction des slogans et des termes-clés.

 

Se débarrasser des parasites

 

La promotion du site Web d'une enseigne de luxe peut paraître facile. Ainsi, la création de buzz au moyen de concours, de vidéos virales ou de diverses campagnes marketing est en vogue. Or l'expérience montre que le buzz a ses limites en matière de visibilité dans les pages de résultat des moteurs de recherche. En effet, si les liens provenant des sites de socialisation assurent une augmentation de cette visibilité, celle-ci n'est que temporaire.

 

Bien plus utiles sont les liens provenant des journaux, blogs et magazines en ligne, à condition de bien soigner le texte de chaque lien. Cent liens avec des textes tels que «ici», «génial» ou «concours» ne valent peut-être pas dix liens utilisant des termes forts.

 

Les campagnes publicitaires présentent aussi des risques. Si elles sont indispensables pour la promotion des sites officiels et pour éviter que les utilisateurs ne fassent leurs achats sur un site parasite, il faut néanmoins s'assurer de leur présence visible pour toutes les recherches pertinentes.

 

L'utilisation de sa marque par un concurrent direct n'est pas rare. Il suffit à une marque de surenchérir sur Google pour se voir en tête des liens sponsorisés d'un concurrent (Levi's était ainsi récemment le premier lien commercial à la requête "Lee Cooper"). Il y a peu de moyens de se protéger contre ce genre de pratique, sauf à dépenser plus pour surenchérir à son tour.

Enfin, les principaux risques associés à la promotion en ligne des marques de luxe sont le piratage sous ses multiples formes (des sites de commerce en ligne aux comparateurs de prix en passant par les spammeurs, qui peuvent détourner le nom d'une marque de luxe pour leur propre profit) et les campagnes de paiement au clic adverses.

 

Pour s'en prémunir, outre la certification des marques, des noms de domaine et des dénominations sociales (via l'Institut national de la propriété industrielle, l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle et l'Office de l'harmonisation dans le marché intérieur), les moteurs de recherche Google, Yahoo et MSN ont mis en place des procédures de notification de marque. Elles permettent aux entreprises de leur signaler leurs marques et les mots-clés associés. Suite à cette notification, qui s'effectue le plus souvent par courriel, les moteurs de recherche interdiront aux autres commerces en ligne de placer des publicités contenant les dénominations concernées.

 

Les moteurs qui affichent les publicités des commerces parasites peuvent être, par ailleurs, poursuivis en justice. C'est aussi le cas des propriétaires de sites Web parasites, mais leur identification est souvent très difficile. En l'espèce, il est possible d'alerter les fournisseurs d'accès à Internet ou les services d'hébergement. Le dialogue avec les clients pour les prévenir de spams utilisant le nom de la marque est évidemment toujours à recommander. Et toutes ces mesures ne dispensent pas de réaliser une veille permanente (Ad Words, sites parasites) de la concurrence en ligne.

Envoyer par mail un article

Le référencement n’est plus un luxe

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.