Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Olivier Roberdeau, directeur TV chez Omnicom Media Group

11/02/2010 - par Bruno Fraioli

«La catch-up TV permet de limiter la déperdition, contrairement à la télévision qui est un média de masse. L'intérêt pour les annonceurs, c'est l'association de la marque avec un contenu éditorial spécifique, comme une série. Mais à quelques exceptions près, les régies publicitaires ne proposent pas d'offres commerciales permettant une telle précision de médiaplanning pour les services de télévision de rattrapage. Par ailleurs, l'investissement sur de la catch-up TV est aussi un levier de négociation sur le budget TV général, comme l'ont été les chaînes de la TNT à leurs débuts. Toutefois, dans un contexte économique toujours difficile, il n'est pas aisé de dégager du budget supplémentaire pour la télévision de rattrapage. Du coup, il faut faire des arbitrages avec d'autres médias.»

Envoyer par mail un article

Olivier Roberdeau, directeur TV chez Omnicom Media Group

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.