Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

recrutement

Trois parcours, trois profils, trois embauches

23/09/2010 - par Gilles Wybo

De la presse d'entreprise au Web

Édouard Prothery, 30 ans, directeur de projet éditorial chez Angie

Les premières pages de sa carrière, Édouard Prothery les a écrites sur du papier. Après une maîtrise d'histoire contemporaine et des stages dans la presse, il rejoint en 2004 le ministère de la Défense, pour en rédiger le magazine mensuel. Trois ans plus tard, il intègre le pôle éditorial de Lowe Stratéus en tant que chef de groupe: «Je travaillais sur des magazines d'entreprise et des rapports annuels», raconte-t-il. Mais pas question pour Édouard de rester cantonné au papier: il se rapproche du pôle numérique de l'agence et participe par exemple à la refonte du site de SFR. «Ma culture papier m'a beaucoup aidé dans ma réflexion sur le contenu et la structure du site.» En 2009, c'est le grand plongeon dans le Web: Édouard devient directeur de projet éditorial chez Angie, qui cherchait justement un profil plus corporate.

 

Du journalisme à la gestion de communauté

Sarah Salis, 28 ans, responsable du «community management» au Conseil d'État

Ne dites pas à ma mère que je suis gestionnaire de communauté, elle me croit journaliste! Sarah Salis était programmée pour marcher sur les pas de sa maman journaliste: à sa sortie de l'Institut français de presse en 2004, elle enchaîne les piges au Moniteur du pharmacien ou à Guitarist magazine. Puis patatras! Sarah embrasse le «community management»: elle anime un site pour la tournée du ténor Luciano Pavarotti en France, écume les forums pour attirer du public vers un club de jazz, puis remplit des missions de lobbying pour La Mutuelle des étudiants (LMDE). Aujourd'hui, elle fait de la gestion de communauté pour le Conseil d'État. De sa première vie, Sarah a conservé quelques travers: «Je recoupe l'information trois fois et reste indépendante vis-à-vis des marques. Récemment, un recruteur m'a dit: "Vous n'êtes pas suffisamment marchand de tapis!"»

 

De la publicité classique au numérique

Jocelyn Jarnier, 37 ans, codirecteur de 6-AM

Après quinze années dans la publicité traditionnelle chez BDDP, DDB, Publicis Conseil puis TBWA MAP, Jocelyn Jarnier a franchi le Rubicon début 2010, en prenant la codirection de 6-AM, agence de publicité de Fullsix. «J'avais fait de la pub télé, de l'affichage, travaillé sur la stratégie de marque, mais cela a été un vrai choc culturel, explique-t-il. J'ai découvert un autre univers, un autre langage.» Si son cœur de métier reste la culture de marque, Internet est omniprésent dans les projets: création de pages Facebook, de sites, de minisites, etc. Avec ses spécificités: «Le Web permet d'actualiser une campagne en temps réel. Cela nous oblige à produire plus vite, plus simple.» Un vrai bain de jouvence pour ce trentenaire: «J'y rencontre une énergie que je n'avais pas vue depuis longtemps dans la pub.»

Envoyer par mail un article

Trois parcours, trois profils, trois embauches

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies