Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Grande bouffe sur petit écran

12/01/2012 - par Patrick Cappelli

Depuis cinq ans, les programmes consacrés à la cuisine connaissent un succès tel que chaque chaîne veut son émission culinaire. Télé-réalité, recettes, cuisine d’ailleurs, pour les enfants: tout est bon pour s’octroyer une part du gâteau.

En 1973, Marco Ferreri faisait scandale avec son film La Grande Bouffe, suicide collectif et gastronomique. Quarante ans plus tard, la télévision célèbre la cuisine sous toutes ses formes. Depuis l'arrivée de Oui chef sur M6 en 2004, les programmes de ce type ont envahi les écrans.

La télé-réalité fait un carton avec Masterchef (TF1), Top chef (M6) et récemment Cauchemar en cuisine (M6). France 5 associe cuisine, terroir et voyage avec Les Escapades de Petitrenaud dans les régions françaises et Fourchettes et Sacs à dos à l'étranger. Sur France 3 Méditerranée, La Cuisine d'à côté met en vedette le terroir. Sans compter les rubriques cuisine devenues incontournables dans la plupart des émissions de loisirs, comme Télématin (France 2) et C à vous (France 5). «C'est une vraie tendance de société, analyse Estelle Boutière, responsable du pôle contenu chez NPA Conseil. Il y a eu une évolution: la cuisine est devenue une passion, ce n'est plus une corvée. Depuis dix ans, les gens ont plus de temps libre pour bricoler, cuisiner, etc. La télévision a naturellement fait écho à cette tendance de fond.»

Loin d'être un épiphénomène ou un clivage, comme, par exemple, le catch ou le poker, la cuisine rassemble devant le petit écran tous les types de spectateurs: les mères de familles, les célibataires, et même les enfants, avec le lancement par TF1 de Masterchef junior, déclinaison pour les plus jeunes de son programme culinaire. «Les émissions de cuisine sont un véritable ciment culturel, qui créent une résonance forte», explique-t-on à la direction des programmes de TF 1.

La crise a contribué à cet engouement. Quoi de plus convivial et rassurant en effet que de confectionner et partager un repas en famille? Sans oublier l'aspect financier: faire à manger soi-même est nettement moins onéreux que d'aller au restaurant.
Fidèle à son positionnement, la Une a choisi l'option télé-réalité avec une dimension spectaculaire et un programme diffusé en prime time. «La saison 2 de Masterchef a très bien marché, nous avons gagné 700 000 nouveaux spectateurs. Et la finale a attiré 7 millions d'amateurs», se réjouit la porte-parole de la direction des programmes de TF1. L'audience étant au rendez-vous, la troisième saison est d'ores et déjà programmée.

Dans un tout autre registre, France 5 est petit à petit devenue la «chaîne cuisine» du groupe France Télévisions avec ses trois programmes culinaires. Chaque soir, dans C à vous, un plat est confectionné dans une ambiance conviviale. Le dimanche, à midi, c'est Jean-Luc Petitrenaud qui emmène les spectateurs en région dans ses Escapades. Et Julie Andrieu mélange voyage et cuisine dans Fourchette et Sacs à dos, une série d'émissions qui fait découvrir la tradition culinaire de différents pays. «Nous ne sommes ni dans le concours ni dans la performance, plutôt dans la rencontre et le partage», détaille Frédérique Lemaire, responsable du service de presse de la chaîne. Un choix éditorial qui semble porter ses fruits, puisque cette dernière émission a battu des records d'audience cet été, selon France 5.

Pas d'indigestion 

On est loin des émissions pionnières, comme Art et Magie de la cuisine, premier programme culinaire créé par le chef Raymond Oliver en 1953, ou La Cuisine des mousquetaires de Maïté des années 1980. «Les programmes se renouvellent sans cesse et ne sont plus réservés à la ménagère. Ils intéressent tout le monde. La télévision reflète les évolutions de la société», décrypte Estelle Boutière, de NPA Conseil. Cuisine TV mise à part (chaîne lancée par Canal+, lire ci-dessous), c'est M6 qui a déclenché la course aux émissions culinaires, avec Oui chef en 2004, présentée par le jeune chef Cyril Lignac, devenu par la suite une star des fourneaux (lire page xx). Bibiane Godfroid, directrice des programmes de la chaîne et à l'époque productrice de l'émission, raconte comment M6 s'est positionnée la première sur ce créneau: «Thomas Valentin, directeur des contenus, m'a dit: “Si tu trouves l'équivalent de Jamie Oliver [vedette de l'émission anglaise Jamie's Kitchen], tu as le feu vert.” J'ai découvert Cyril Lignac et tout s'est enclenché.»

M6 voulait réinventer les émissions culinaires en insistant sur la proximité et le quotidien des spectateurs. «Cette tendance a vraiment explosé avec Un dîner presque parfait lancé en 2008, une émission qui s'invite chez les gens et qui est devenue leader sur l'ensemble du public», ajoute la directrice des programmes. Une version «brunch et dîner» a été diffusée en avant soirée (18 à 20 heures) durant les fêtes, avec succès.

Plus récemment, c'est Cauchemar en cuisine, avec le chef Philippe Etchebest, qui tente de venir en aide à des restaurateurs en difficulté, qui a été diffusé sur M6. Et le 17 janvier prochain, Un chef en France montrera Cyril Lignac arpenter les routes pour essayer des recettes locales. Il sera en Bretagne pour le premier épisode de cette émission hebdomadaire. Quant à Top chef, la troisième saison est déjà en boîte, avec le même jury.

Mais cette profusion de programmes ne risque-t-elle pas à la longue de rendre le téléspectateur quelque peu nauséeux? «À chaque fois, je me pose la question: n'est-ce pas l'émission de trop? Mais les spectateurs en redemandent», répond Bibiane Godfroid. Les annonceurs également. Masterchef a généré 40 millions d'euros de revenus publicitaires bruts pour ses 12 diffusion en prime-time sur TF1, et Top chef 10 millions pour ses 10 «prime» sur M6, selon Yacast. L'indigestion n'est donc pas encore en vue et 2012 devrait continuer de voir fleurir les programmes à la gloire de la nourriture et de ses accommodations.

 

sous-papier

Cuisine TV, la pionnière

Dix ans déjà que la cuisine à sa chaîne, baptisée tout simplement Cuisine TV. Lancée en 2001 par Dominique Farrugia, la chaîne thématique du groupe Canal+ diffusée sur Canalsat et Numericable a été pionnière. Elle était en concurrence avec Gourmet TV, chaîne des grands chefs, comme Joël Robuchon, disparue en 2005. Cuisine TV,«chaîne de services pour les recettes pratiques et de proximité», selon Damiano Machioldi, directeur des programmes, est désormais la seule chaîne 100% cuisine. Elle est regardée au moins une fois par semaine pendant 28 minutes en moyenne par 1,4 million d'abonnés à Canalsat. Selon la deuxième vague de l'Observatoire publicitaire de l'écoute numérique (étude réalisée par Canal+ Régie, TF1 Publicité et Lagardère Publicité), Cuisine TV est ressentie comme «chaleureuse et conviviale» par 88% des téléspectateurs, elle possède une «véritable personnalité» pour 79% d'entre eux, et 69% estiment qu'elle est «proche de leurs préoccupations». Le pic d'audience a lieu entre 10 et 12 heures. Si la chaîne cible plutôt la ménagère de moins de 50 ans, de plus en plus d'hommes la regardent, notamment le week-end. La typologie des annonceurs est sans surprise: industriels de l'alimentation, cuisinistes et fabricants d'électroménager. Mais aussi des marques automobiles, cuisine et famille étant deux univers très proches. L'engouement pour les émissions de cuisine à la télévision nuit-il à Cuisine TV?«Nous aurions pu devenir une chaîne vieillissante, mais l'arrivée du divertissement et de l'émotion au sein des émissions culinaires nous a dynamisé et incité à une nouvelle écriture», analyse Damiano Malchiodi. Pour lui, le goût des Français pour la cuisine est tout sauf un épiphénomène. La chaîne 100% cuisine, qui a révélé Jamie Oliver en France, voit son avenir avec sérénité.

 

Tableau

Mettre en note (1) Cible 4 ans et plus. Source: Médiamétrie.

 

Les émissions culinaires en chiffres

 

Emission (chaîne)
Audience
Part d'audience (1)
Période
Masterchef (TF1)
5 294 000
24,4%
18/08 - 03/11
Top chef (M6)
3 783 000
17,3%
31/01 - 04/04
Un dîner presque parfait (M6)
2 255 000
12,3%
12/07 - 09/08
Télématin (France 2)
1 298 000
34,5%
29/08 - 13/12
Fourchette et Sacs à dos (France 5)
752 000
3,3% 03/01 - 25/08
C à vous (France 5)
714 000
3,9% 29/08 - 13/12
Les Escapades de Petitrenaud
474 000
4,4% 29/08 - 11/12
Côté cuisine (France 3)
345 000
5,6%

03/01 - 03/09

 

 

Envoyer par mail un article

Grande bouffe sur petit écran

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies