Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

L'auto en panne

20/09/2012 - par Hélène Huteau

Paris organise le plus grand salon mondial de l'automobile, fin septembre, dans un marché national en crise. Toute la filière doit se réorganiser pour maintenir ses emplois et regagner des parts de marché.

Conformément au souhait émis cet été par Michel Sapin, le ministre du Travail, en faveur d'une négociation des branches de la filière «sur l'adaptation de l'outil automobile français», une Commission nationale paritaire s'est réunie le 14 septembre. L'analyse risque d'être douloureuse, les usines étant en surcapacité de fabrication. Les ventes de véhicules ont encore baissé de 12,4% de janvier à août 2012, selon le Comité des constructeurs français de l'automobile, confirmant la tendance de ces dernières années.

En revanche, les investissements publicitaires, eux, ont sensiblement augmenté, pour soutenir une consommation atone. En achat d'espace plurimédia, les constructeurs ont augmenté de 11% leurs investissements au 1er semestre 2012 (source Kantar Media), par rapport à des dépenses globales (tous secteurs) qui n'augmentent que de 1,2%. Cependant, ce chiffre cache des disparités. Ainsi, la part de voix de Renault au 1er trimestre était de 10,5%, selon Médiamétrie, soit une présence publicitaire nettement au-dessous de la part de marché de la marque au losange.

Il faut dire que l'ambiance n'est pas à la fête chez les constructeurs français, notamment avec l'actualité du groupe PSA Peugeot-Citroën, qui annonce un plan de licenciement de 8000 salariés et la fermeture de son usine d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) et dont les salariés pourraient bien venir voler la vedette aux carrosseries rutilantes du Mondial de l'automobile, à la fin du mois (voir encadré).

Pour le 1er semestre 2012, les groupes français ont enregistré une baisse de 16% de leurs ventes (–18% pour Peugeot-Citroën, –14,7% pour Renault). Les groupes étrangers se maintiennent mieux, avec –6,5%. Depuis trois ans, le milieu de gamme, spécialité des Français, perd des parts de marché au profit des moyennes gammes supérieures (compactes, familiales, 4x4) ou des «low cost». Ce dernier segment a réalisé une hausse de 40% de ses ventes depuis 2007, avec des marques comme Chery, Hyundai-Kia, Chevrolet et Dacia, selon le cabinet spécialisé Roland Berger, tandis que le milieu de gamme reculait de 23%.

La gamme supérieure luxe, occupée par les Allemandes a, quant à elle, gagné un point en 2011 et se stabilise en 2012, à 6% du marché. La tendance est identique dans toute l'Europe.

Internationalisation de la production

La croissance du secteur automobile mondial se situe désormais dans les marchés émergents. D'ici quelques années, les constructeurs comptent réaliser la moitié au moins de leurs ventes hors du continent européen. Cette évolution explique leur stratégie d'internationalisation de la production, afin de gagner en compétitivité.

La tactique «low cost» de Renault l'amène à délocaliser, y compris pour les ventes françaises. Ainsi le modèle Lodgy de Dacia, sorti en avril, est construit dans la nouvelle usine de Tanger, au Maroc, à un prix deux fois moins cher que ses rivales Renault Scénic et Citroën Picasso.

Le mouvement de désindustrialisation français ne semble donc pas prêt de s'enrayer… Entre cinq à dix usines automobiles pourraient fermer et jusqu'à 80 000 emplois disparaître dans les deux à trois ans en Europe de l'Ouest, selon une étude du cabinet Roland Berger, réalisée en juillet dernier. Depuis 2004, le secteur automobile a déjà perdu 110 000 emplois.

Décidé à enrayer le déclin, le gouvernement a lancé un plan de soutien à la filière cet été, avec un bonus écologique plus généreux et élargi aux flottes d'entreprises. En outre, l'Etat va lui-même s'équiper à hauteur de 25% en véhicules électriques et hybrides, et des bornes de recharge seront installées dans une douzaine de villes.

Ces aides visent aussi à désavantager les gros véhicules allemands, plus fortement émetteurs de carbone, au profit des petits modèles français. Cependant, le marché du véhicule «décarboné» étant un marché de niche pour l'instant, il ne résoudra pas les problèmes de volumes à court et moyen terme.

En attendant, l'image des constructeurs français va aussi bénéficier d'un coup de pouce. Afin de remonter le capital confiance dans leur fiabilité, les réalisateurs Cédric Klapisch et Luc Besson ont été sollicités pour une campagne de mise en valeur de l'automobile hexagonale. Aux grands maux, les grands remèdes.


(encadré)

 

Le Mondial de l'automobile entre mythologie et futurisme

Premier salon au monde du secteur, le Mondial de l'automobile se tiendra du 29 septembre au 14 octobre 2012, à Paris Expo, porte de Versailles. Quelque 1,4 million de visiteurs se presseront pour découvrir les premières mondiales. Ils pourront s'essayer aux sensations du tout électrique et de l'hybride grâce à un centre d'essai EDF de plus de 11 000 m² ainsi qu'une piste de karting. Une exposition sur l'automobile et la publicité retracera l'histoire de quinze marques à travers leurs modèles les plus emblématiques.

Envoyer par mail un article

L'auto en panne

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.