Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

40 ans de l'AACC

L'AACC d'Alain Cayzac, président de 1996 à 2001

21/03/2013 - par Propos recueillis par Olivier Mongeau

Alain Cayzac, ancien vice-président d'Havas, a présidé aux destinées de l'AACC pendant quatre ans. Il revient sur les temps forts de ses deux mandats.

Quels ont été les faits marquants de votre mandat ?

 
Parmi les faits marquants de mon mandat figure le passage de l'AACP (Association des Agences conseil en Publicité) à l'AACC (Association des Agences Conseil en Communication), qui a coïncidé avec la création d'un grand nombre de délégations, appelées à cette époque, improprement, "hors media", y compris la délégation digitale.
Je mettrais aussi l'accent sur l'effort permanent, pendant mes cinq ans de mandat, pour que soit reconnu l'intérêt économique de notre métier, véritable industrie des idées et moteur pour le développement de l'économie et des entreprises.

 

Quel est le dossier qu'il vous a le plus tenu à cœur de voir aboutir ? Et celui que vous regrettez de ne pas avoir pu mener à bien ?

 

C'est le dossier de la représentation des délégations qui m'a le plus tenu à cœur. Mon regret est de ne pas avoir réussi à fusionner l'Udecam et l'AACC.

 

Quel est le meilleur souvenir que vous gardez de votre mandat ? Le plus mauvais ?

 

Mon meilleur souvenir est la compétition entre trois figures du métier, Philippe Lentschener, Christophe Lambert et Mercedes Erra, pour ma succession. Leur venue à l'AACC pour présenter leur programme était le signe que l'AACC avait conquis ses lettres de noblesse.
Un souvenir mitigé ? Le fait que "Les Journées de la pub" n'aient jamais vraiment trouvé leur place et n'aient pas eu beaucoup d'écho médiatique.

 

Quelle doivent être les priorités de l'AACC demain selon vous ?

 

Tout ce qui a été fait par mes successeurs pour que notre métier soit reconnu comme un métier à part entière va dans le bon sens. Mais effet boomerang ou pervers, il y a aujourd'hui un éclairage insuffisant sur la créativité et sur ceux qui exercent ce métier. D'un peu superficielle, notre profession est devenue un peu austère. L'envie d'y faire carrière doit être boostée.

DOSSIER: "Les 40 ans de l'AACC: de la publicité à la communication"

INFOGRAPHIE: La "timeline des 40 ans de l'AACC"

Envoyer par mail un article

L'AACC d'Alain Cayzac, président de 1996 à 2001

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.