Vous êtes ici

Santé

La troisième révolution numérique (mobile, objets connectés et datas) agite le secteur de la santé, notamment les laboratoires, qui n'avait pas réagi face aux deux premières (moteurs de recherche, puis réseaux sociaux). L'impérative transformation commence par la communication, qui ne se limite plus à l'information, et où le digital est devenu un canal incontournable pour être en relation avec tous les publics, particulièrement les professionnels et les patients. De ce fait, c'est tout le business model qui doit évoluer, de même que l'organisation interne ou la recherche. Face à un secteur qui passe donc du marketing produit au marketing client, les agences sollicitées retrouvent leur fonction de conseil, délaissée ces dernières années, à la demande de leurs clients, au profit du développement technique ou de l'exécution. De leur côté, les pharmaciens indépendants, réunis dans divers groupements, eux-mêmes rassemblés en une fédération, Federgy, pour avoir plus de poids, mettent la pression sur l'Ordre des pharmaciens pour modifier les critères régissant la communication et la publicité des officines, pour l'instant cantonnées de manière stricte à chaque point de vente.

La troisième révolution numérique (mobile, objets connectés et datas) agite le secteur de la santé, notamment les laboratoires, qui n'avait pas réagi face aux deux premières (moteurs de recherche, puis réseaux sociaux). L'impérative transformation commence par la communication, qui ne se limite plus à l'information, et où le digital est devenu un canal incontournable pour être en relation avec tous les publics, particulièrement les professionnels et les patients. De ce fait, c'est tout le business model qui doit évoluer, de même que l'organisation interne ou la recherche. Face à un secteur qui passe donc du marketing produit au marketing client, les agences sollicitées retrouvent leur fonction de conseil, délaissée ces dernières années, à la demande de leurs clients, au profit du développement technique ou de l'exécution. De leur côté, les pharmaciens indépendants, réunis dans divers groupements, eux-mêmes rassemblés en une fédération, Federgy, pour avoir plus de poids, mettent la pression sur l'Ordre des pharmaciens pour modifier les critères régissant la communication et la publicité des officines, pour l'instant cantonnées de manière stricte à chaque point de vente.