Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Les enfants d'abord

28/01/2000

CanalJ, seule pendant des années, affronte depuis trois ans l'arrivée de nouvelles chaînes pour enfants dotées d'un catalogue de programmes, en particulier de dessins animés, très attractif.

Alors que les chaînes hertziennes réduisent, année après année, la place des programmes jeunesse dans leurs grilles, les chaînes thématiques pour enfants, elles, se multiplient. En particulier depuis trois ans. Seule pendant plus d'une décennie, CanalJ a vu émerger la concurrence de Télétoon, Fox Kids, Disney Channel et, plus récemment, Cartoon Network. Leur recette? Un positionnement jusqu'alors négligé par CanalJ, trop perçue comme la chaîne que les parents voudraient que leurs enfants regardent et moins comme celle que ceux-ci veulent voir. Du coup, ces nouveaux formats ont rapidement été crédités de bons scores: aujourd'hui, Télétoon et Fox Kids ont d'ailleurs dépassé CanalJ (cf. le tableau). Avec des grilles majoritairement composées de dessins animés, les nouvelles chaînes ont su attirer un public qui, pour être jeune, n'en est pas moins sélectif. Face à leur aînée, elles ont toutes adopté un positionnement tranché. Télétoon se définit plutôt comme une chaîne«complice»des enfants, avec des dessins animés mêlant les héros connus des parents, commeLucky Luke, et ceux célèbres exclusivement auprès des enfants, comme leDr GlobuleouPapyrus.La chaîne Fox Kids, elle, n'hésite pas à jouer la carte de l'impertinence.«Notre positionnement est définitivement orienté vers les cancres malins», indique Benoît Runel, son directeur des programmes. Disney Channel, pour sa part, cible plutôt la famille au sens large. Cartoon Network, enfin, axe sa politique sur le rire et la comédie, avec un programme uniquement composé, comme son nom l'indique, de cartoons d'une durée de sept minutes. Comme pour le cinéma, la réussite d'une chaîne pour enfants, dont le dessin animé est une composante indispensable, passe avant tout par la qualité de son catalogue.«Nous n'aurions jamais atteint nos scores d'audience si nous n'avions pas eu accès au catalogue Saban», estime Benoît Runel. 65% des programmes de la chaîne proviennent de ce catalogue. Les plus connus sontHulk, Spidermanou encorePokemon. Et que dire de Disney Channel, cette chaîne pourtant lancée en option, mais qui est la seule à diffuser les programmes de la major du même nom? Quant à Télétoon, ce sont tous les actionnaires de TPS qui contribuent à son programme.

Affrontement sur la construction de la marque

Rachetée depuis le début de l'été dernier par le groupe Lagardère, la doyenne CanalJ ne regarde pas pour autant le train passer. Depuis septembre 1999, sa stratégie a été recadrée, passant«d'une chaîne généraliste dispersée à une multithématique pour enfants», selon son directeur général, Claude-Yves Robin. Elle a surtout un accès privilégié au catalogue des maisons de production d'Europe Images et compte bien retrouver son leadership. Les principaux dessins animés ou émissions fédératrices étant en place, les chaînes s'affrontent désormais sur un autre terrain, celui de la construction de leur marque au-delà même de l'écran. Outre le classique mais indispensable combat pour être reprises par les câblo-opérateurs français, elles s'orientent ainsi vers une logique de labellisation. CanalJ édite et prépare des CD-Rom, des cassettes, des CD et des livres à sa marque. Fidèle à la stratégie de son groupe, Disney Channel s'est clairement engagée dans cette voie dès sa création. Pour Cartoon Network, du groupe américain Turner, véritablement réorganisée et relancée en France depuis la rentrée dernière, la décision est beaucoup plus récente, reconnaît son directeur André de Semlyen. La concurrence risque donc d'être rude, d'autant que cette chaîne, accessible sur CanalSatellite, dispose d'un stock de programmes particulièrement riche provenant de la Warner, dans lequel se trouvent des cartoons aussi célèbres que ceux de Tex Avery mais également lesPopeyeet autresSpeedy Gonzales. Malgré une audience encore faible aujourd'hui, Cartoon Network pourrait bien apparaître en meilleure place dans les études l'an prochain. D'ici là, rien n'indique que le marché des chaînes pour enfants n'ait pas encore évolué. Car«il existe encore de la place pour de nouvelles chaînes sur ce segment», assurent d'une même voix les protagonistes. Pourquoi ne pas lancer une chaîne pour les tout-petits ou pour les adolescents? Voire une chaîne de jeux pour enfants, comme l'a fait le groupe Nickelodeon aux États-Unis? TF1 a d'ailleurs annoncé sa volonté de lancer une chaîne pour enfants. Bref, la guerre des dessins animés pour enfants ne fait que commencer.

Envoyer par mail un article

Les enfants d'abord

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.