Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Internet, l'autre façon de rester à l'écoute

24/03/2000

La plupart des stations hertziennes peuvent aussi s'écouter sur Internet. Mais elles sont en concurrence directe avec de nouvelles venues, créées tout spécialement pour ce nouveau mode de diffusion.

À mesure que les gens s'équipent en ordinateurs et que les progrès techniques permettent de disposer d'un débit suffisant, les radios qui s'implantent sur le Web se sophistiquent. Les premières à migrer de la bande FM à la bande passante ont été les radios hertziennes. Dès 1996, les internautes pouvaient écouter France Info en live. La même année, Europe1 passait au tout-numérique. Pour l'une comme pour l'autre, il s'agissait d'accéder à une audience internationale. Bref, Internet n'était pour elles qu'un nouveau canal de diffusion. Mais, très vite, les spécificités et les contraintes d'Internet ont imposé des évolutions.«Les internautes s'intéressent particulièrement au multimédia, à l'économie et au sport,explique Cathy Nivez, rédactrice en chef d'europeinfos.com, le site d'information continue d'Europe1, lancé en 1998.Ces sujets prennent donc plus de place sur le site qu'à l'antenne. Pour aboutir à un véritable produit multimédia, les journalistes d'europeinfos.com doivent ajouter textes et images aux sons d'Europe1.»C'est ce que font également les «webtrotters» de Radio France, qui réalisent deux reportages par jour à partir de sons glanés sur une ou plusieurs stations maison. Si la radio de service public lance des radios thématiques - la Radio du livre, par exemple - se nourrissant de plusieurs de ses émissions, c'est pour faire face à une autre concurrence: celle des radios Web sans équivalent sur les ondes hertziennes. La faiblesse des coûts de diffusion sur Internet permet à de nouveaux acteurs de s'affranchir des grands groupes en diffusant des programmes très ciblés.

À chacun sa radio

Avec une équipe de huit journalistes, Nicolas Chaboteaux, transfuge d'Europe1, a décidé de lancer récemment diora.com, une radio d'information personnalisée sur Internet dont il assure la rédaction en chef. Le principe: proposer des chroniques dans tous les domaines et permettre aux internautes de devenir leurs propres directeurs des programmes en faisant leurs choix dans cette palette.«Nous avons conclu une dizaine de partenariats éditoriaux, pour que les sujets que nous abordons soient traités par des spécialistes,affirme Nicolas Chaboteaux.Ils pourront soulever des questions rarement évoquées sur les antennes parce qu'elles n'intéressent pas assez de monde. Un passionné d'équitation et de finance, par exemple, trouvera chez nous son bonheur.»La personnalisation du contenu n'est pas le seul élément susceptible de séduire les «radionautes». Patrick Escande, directeur des programmes multimédia de NRJ, en est convaincu:«Au-delà de la radio, les gens qui viennent surfer sur notre site doivent retrouver l'univers de la marque NRJ. Qu'ils se connectent de Paris, de province ou de l'un des neuf pays où nous sommes implantés en Europe, il faut qu'ils se sentent appartenir à une communauté.»C'est pour avoir compris cette double nécessité de personnaliser et d'offrir un univers que le pôle FM d'Europe1 Communication et Lagardère Net ont lancé mcity.fr en février. Ce portail musical diffuse neuf canaux qui touchent chacun une «tribu»: 109 (sang neuf) vise les adolescents, Planet Sound les jeunes adultes ou Made in France les adultes.«Chaque canal est une radio en soi,avec son propre contenu musical associé à un contenu éditorial»,affirme Claude Brunet, directeur général de mcity.fr. Nul sur ce marché musical n'oublie en outre qu'Internet est un formidable terrain de vente de musique en ligne. Pour NRJ, c'est staravenue.com, site d'achat de disques. Pour mcity.fr, c'est digitall.fr. Pour les groupes radiophoniques, cette dernière activité constitue certainement l'une des meilleures façons de rentabiliser un jour leurs investissements sur la Toile.

Envoyer par mail un article

Internet, l'autre façon de rester à l'écoute

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.