Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Hans-Peter Rohner : La presse écrite n'a rien à craindre d'Internet

05/05/2000

Pour Hans-Peter Rohner, la presse ne doit pas craindre l'avènement d'Internet. Le CEO pour l'Europe, l'Asie et l'Amérique latine de Publicitas Promotion Network estime même qu'il s'agit, pour une régie comme la sienne, d'un axe important de développement.

Comment une régie de presse doit-elle appréhender l'émergence d'Internet? Hans-Peter Rohner. Il ne s'agit pas de vendre des bandeaux publicitaires n'importe où sur la Toile, mais sur les sites des éditeurs de presse écrite. Pour notre part, notre intention est de proposer une offre combinant le print et le on line. Pour l'achat d'espace sur le Web, nous allons bénéficier de l'expérience de notre division PubliOnline qui, en se rappro- chant de la société Real Media, s'est convertie en un fournisseur global de prestations pour la publicité en ligne. Quelle sera, à terme, la part des annonces en ligne par rapport aux publicités imprimées? H-P.R. Cette année, nous prévoyons d'investir beaucoup d'énergie. Nous ne recueillerons qu'un faible chiffre d'affaires et aucun bénéfice. En 2003, les annonces en ligne devraient représenter 10% de notre chiffre d'affaires total. Les éditeurs de presse écrite doivent-ils craindre Internet? H-P.R. La multiplication des chaînes TV, l'explosion du nombre de sites sur Internet et le développement du «narrowcast» (Web télévision) jouent tous en faveur de la presse, notamment la presse quotidienne. À l'avenir, les taux de pénétration des médias électroniques vont chuter et seuls les journaux permettront d'atteindre une audience importante. Donc, à performance égale, une campagne print sera moins chère. En dehors d'Internet, quels sont vos autres axes de développement? H-P.R. La planification médias s'internationalise et la presse doit s'adapter à cette tendance en proposant des offres continentales. Régie spécialisée dans la vente et la promotion d'annonces presse hors de notre marché national, nous sommes au coeur de cette problématique. D'où notre souhait de proposer des offres combinées qui pourront être modulables en fonction des publics cibles, des produits et des pays. Ce concept devrait voir le jour au cours de cette année. Il sera notamment facilité par la création d'un réseau européen de transmission digitalisée d'annonces. Nous allons également poursuivre notre développement à l'étranger. Dans quels pays comptez-vous vous installer? H-P.R. En Chine. Nous avons une représentation à Hongkong et un poste d'observation à Pékin, d'où nous gérons la publicité européenne et américaine à destination des quotidiens chinois. Les annonceurs chinois devant se contenter, pour l'instant, du marché local. Parallèlement à cette activité de régie, nous venons de lancer, en février dernier, le site pandaplanet.com en partenariat avec des sociétés chinoises et européennes. Il s'agit d'une plate-forme où les internautes peuvent notamment faire leur bilan éducatif et, surtout, s'adonner à des jeux à forte connotation instructive. Ce site a d'emblée remporté un énorme succès et devrait être décliné dans d'autres villes chinoises. Où en êtes-vous en France, après la restructuration mise en place l'année dernière? H-P.R. L'éditeur allemand Jahres Zeiten Verlag nous a confié en régie, l'année dernière, ses trente titres. Nous avons dû, concurrence entre éditeurs oblige, ouvrir un bureau spécialisé pour la presse magazine: International Magazine Company. Nos deux autres représentations (Publicitas et Triservice) sont, elles, désormais dirigées par Gilles Vaillon. Quelle est l'importance de vos activités en France? H-P.R. En termes de chiffre d'affaires, le marché français est en 5e position en Europe après la Suisse, l'Allemagne, l'Angleterre et l'Autriche. Nos clients en France sont surtout de grandes marques de l'industrie du luxe. La particularité de Paris tient au fait que les éditeurs étrangers viennent rencontrer nos trois représentations, au printemps, en automne et avant les fêtes de fin d'année. Paris reste donc incontournable. Mais Londres, en tant que capitale du médiaplanning, est devenue une place toute particulière pour nous.

Envoyer par mail un article

Hans-Peter Rohner : La presse écrite n'a rien à craindre d'Internet

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.