Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Pub : l'emploi progresse

25/08/2000

La croissance est installée pour durer: tous les indicateurs sont au vert et, selon l'Insee, les Français reprennent confiance en l'avenir. Depuis quelques mois, ils profitent même de ce contexte favorable pour faire évoluer des carrières longtemps freinées par la crise.«Entre 1992 et 1997, personne n'a bougé dans la communication,affirme ainsi Régis Vaquié, executive manager chez Michael Page France.Peu de gens ont été augmentés. Le retour à une meilleure conjoncture explique en grande partie le turn-over observé aujourd'hui».De fait, sur les six premiers mois de l'année, l'espace Emploi/Communication de l'ANPE a recensé pas moins de 875offres, contre 684 sur la même période en 1999. Le salaire annuel brut en agence, lui, a augmenté de 2%, passant, selon l'AACC, de 186000francs en 1998, à 190000francs en moyenne en 1999 (242000francs pour les cadres). Seul inconvénient de ce retour de la croissance: la pénurie.«Les employeurs ont des difficultés à trouver les candidats qui correspondent à leurs critères»,note Régine Alvarez, directrice de l'espace Emploi/Communication de l'ANPE. Les entreprises recherchent des personnes assez expérimentées, âgées de 30 à 35ans. Mais elles ne les trouvent pas et sont obligées de former des débutants. Agences, centrales et régies, en quête de directeurs de clientèle, sont ainsi amenées à promouvoir des jeunes de 27ans sur ces postes. Attaché(e)s de presse et chargés de communication sont eux aussi très demandés. Car les entreprises sont de nouveau prêtes à dégager de l'argent pour engager ce type de personnel, et les dotcoms ont cessé de rechercher des techniciens pour assurer leur communication. Elles n'hésitent plus à débaucher des spécialistes d'un secteur (grande distribution, tourisme, etc.) chez l'annonceur. Est-ce l'effet de certains revers boursiers? Les start-up commencent à être moins attractives pour les salariés en poste dans les entreprises classiques.«Depuis mai, les candidats réfléchissent sérieusement avant de changer le cours de leur carrière pour des stock-options, observe Régis Vaquié.Ils ne bougent pas avant la deuxième levée de fonds».À l'inverse, les jeunes dirigeants de start-up essaient de «se vendre avec leur entreprise» à l'économie traditionnelle. L'amorce d'un renversement de tendance? Catherine Gaudenz

Envoyer par mail un article

Pub : l'emploi progresse

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.