Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Apprenez à parler en public

08/09/2000

Pour que la grand-messe de l'entreprise ne tourne pas au cauchemar, il est indispensable de bien s'exprimer et bouger sur scène. Cela s'apprend. Le media training montre ce qu'il faut faire... ou ne pas faire.

Un jour, le président d'un conseil général allait prendre la parole devant une centaine d'élus. L'enjeu était de taille et c'est la peur au ventre qu'il se dirigea vers l'estrade. Tétanisé par le trac, il avança en regardant ses chaussures, manqua la première marche de la tribune, se raccrocha au micro pour ne pas tomber, ouvrit enfin le document qu'il devait lire et lança d'une voix tremblante:"Mesdames, Messieurs, Bonjar!"Rires de la salle. »Certes, la situation ne tourne pas toujours à la catastrophe à chaque fois qu'un directeur général ou un Pdg s'exprime devant plusieurs milliers de personnes, comme dans cette anecdote racontée par Jean-Claude Martin, président-fondateur de l'agence de conseil en communication Personnalité (1). . Mais les prises de parole en public sont souvent faites de ces petites choses qui peuvent irrémédiablement gâcher l'intervention du dirigeant le plus brillant: un tic de langage, un geste nerveux qui se répète cent fois, un corps rigide, du bafouillage. Et un discours ni fait ni à faire.«L'enjeu, pour un dirigeant qui prend la parole dans une convention, est de faire passer le message, de convaincre l'assistance et d'arriver évidemment à exprimer ce qu'il veut réellement dire,explique Maggie Gilbert, consultante indépendante en communication d'entreprise depuis dix ans.Aussi brillants et intéressants que soient les propos, ils ne doivent en aucun cas être parasités, dévalorisés, voire incompris à cause d'une mauvaise"interprétation"du dirigeant. L'objectif du training est d'apprendre à optimiser le discours tant sur le fond que sur la forme.»C'est donc d'abord au discours que s'attaquent les spécialistes de la communication.«Dans l'idéal, nous reprenons l'écriture du discours. Il a en effet souvent été rédigé par une tierce personne et ne correspond pas au style de l'orateur,indique Géraud de Vaublanc, directeur du développement de l'agence de création d'événements Global Event System.L'intervention doit à la fois faire passer le message voulu par l'entreprise et délivrer les informations attendues par le public.»Certaines attitudes sont à proscrire absolument. Ainsi, parler comme on écrit, être long, adopter un genre sérieux du début jusqu'à la fin. éviter aussi de lire ses notes. C'était ce que faisait un haut fonctionnaire de l'État jusqu'à ce qu'il soit nommé président d'un grand groupe français. À force d'apprivoiser ses discours, de les lire et les relire, il est aujourd'hui un orateur hors pair qui se contente de quelques mots clés sur des fiches.«Une intervention se prépare comme au théâtre,analyse Frédéric Bedin, directeur général de l'agence Le Public Système.Nous commençons par des relectures informelles dans nos locaux, nous disons le discours autour de la table, nous nous le mettons en bouche avant de monter sur scène et faire la répétition générale, dans la salle où aura lieu l'événement, ou dans un théâtre que nous louons pour la circonstance.»

Le paraître se soigne autant que l'être

Comme au théâtre... Certains dirigeants ont ainsi la surprise d'être littéralement dirigés par un metteur en scène reconverti dans la communication, comme Dominique Menut, de Capital Events.«Sur scène, devant des centaines de personnes, le dirigeant est en représentation. Il se montre. C'est une situation artificielle à laquelle il doit s'adapter en acquérant la maîtrise de soi, de ses énergies.»En d'autres termes, un discours efficace, tant sur le fond que sur la forme, ne résiste pas à un visage transpirant ni à une parole précipitée. À l'exemple de ce président d'un groupe d'assurances cloué au pilori par le journal interne de sa propre entreprise parce qu'il tenait le micro comme s'il léchait une glace, jouait avec ses lunettes et remontait son pantalon toutes les trente secondes. Le paraître se soigne autant que l'être et il n'existe aucune fatalité en la matière.«Il y a très peu d'échecs,affirme Maggie Gilbert.Tous peuvent s'améliorer, pour autant qu'ils acceptent de considérer qu'il s'agit d'un vrai travail demandant de la préparation et qu'ils ont la volonté de relever le défi.»En somme, rien d'autre que le quotidien d'un Pdg... (1) Le Guide de la communication, de Jean-Claude Martin, Éditions Marabout.

Envoyer par mail un article

Apprenez à parler en public

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.