Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Corporate

L'Anaé est un label de qualité

27/03/1998

Joseph Caunan est président de l'Association nationale des agences d'événements (Anaé) et directeur général de Market Place. Pour lui, l'an 2000 est une occasion unique de faire connaître la profession de l'événementiel.

Qelle est la vocation de l'Anaé? Joseph Caunan. L'Anaé est née en 1994 de la volonté d'expliquer et de promouvoir la profession de l'événementiel, un secteur mal connu qu'il était bon de sortir de la marginalité et du monde souterrain dans lequel il était figé. Nous comptons aujourd'hui cinquante agences qui oeuvrent pour la conception, la création et la production d'événements. Leur appartenance à l'Anaé est un label de qualité qui fait la différence dans les appels d'offres. Nous avons doté la profession d'une charte déontologique. Intitulée «La Preuve par 4», elle recense quatre valeurs clés d'une agence: le savoir-faire qui allie conseil, créativité et maîtrise d'oeuvre; les garanties pour une gestion rigoureuse des événements en toute légalité; l'éthique, c'est-à-dire le respect du secret des informations confiées par le client ou des règles de cordialité, de loyauté et de solidarité; enfin, les responsabilités. Une agence Anaé doit contribuer à développer et pérenniser le métier de la communication par l'événement en jouant, entre autres, un rôle pédagogique. Existe-t-il des écoles ou des formations professionnelles spécifiques aux métiers de l'événement? J.C. L'association a élaboré un module de formation et d'information afin de présenter la profession et ses activités. Nous intervenons à HEC, au Celsa ou à l'ESG. Mais il n'existe pas de formation spécifique à ce métier multifonction. La profession est en fait ouverte aux étudiants d'écoles de commerce, d'audiovisuel, de communication ou de relations presse. Nous embauchons également des décorateurs, des régisseurs, des gens venant du monde du spectacle ou encore des spécialistes du multimédia et de la promotion. Comptez-vous vous rapprocher de l'AACC, l'Association des agences conseils en communication? J.C. Des discussions sont en cours. Mais nous souhaitons d'abord doter la profession d'une image cohérente et homogène, avant de nous intégrer à l'AACC qui, de son côté, a encore une image très publicitaire. Nous nous sommes donné un ou deux ans pour faire le point. Quels sont les chantiers que vous comptez mettre en oeuvre? J.C. Nous cherchons à favoriser la certification Iso9001 des agences. Nous avons entrepris une démarche visant à adapter les normes industrielles à la spécificité de nos métiers. Chaque agence pourra, à partir de ce travail, entamer une démarche qualité si elle le souhaite. Nous travaillons également sur un projet d'identification des agences de l'Anaé selon des profils types ou, mieux, selon les attentes des annonceurs. Aujourd'hui, quand une entreprise recherche une agence, nous lui conseillons plutôt de s'adresser à Vidéothèque Conseil et à Gibory Consultant, qui commencent à organiser des compétitions dans ce secteur. Pourquoi avoir ouvert un atelier sur la rémunération des agences? J.C. Les clients souhaitent davantage de transparence. Ils veulent pouvoir identifier ce que gagne une agence et ce qu'elle paie en termes d'achat. Nous souhaiterions arriver à un contrat type, une sorte de grille budgétaire homogène qui précise clairement les honoraires d'une agence et valorise son savoir-faire. Dans nos métiers, grosso modo, les marges des agences tournent autour de 30%. Elles assument en effet un rôle de conception, d'achat et un rôle de pilotage. Ces trois fonctions peuvent être distinguées ou associées en matière de rémunération. Mais, dans les deux cas, la moyenne du cumul de ces fonctions équivaut à 30%. L'an 2000 représente un marché non négligeable pour l'événementiel. Que comptez-vous faire? J.C. L'Anaé se présente comme un des opérateurs incontournables de cet événement. Ses membres offrent en effet des garanties professionnelles en termes de responsabilité, de sécurité, d'assurance et de savoir-faire technique et créatif. Nous allons servir de lien entre les porteurs de projets et les entreprises. Pour cela, nous comptons aider les créateurs à monter leurs dossiers de présentation. Nous avons, en outre, créé des passerelles entre notre site Internet et celui d'An2000, spécialisé dans le conseil et la diffusion d'informations sur le sujet. L'an 2000 est une occasion unique de faire connaître notre profession. Pour le reste, il s'agit d'une démarche commerciale propre à chaque agence. De Fiche à Expo Com, les salons sur l'événementiel se sont multipliés depuis deux ans... J.C. Chacun possède sa spécificité, mais il est clair qu'ils ne seront pas tous là dans dix ans. Cela montre, en tout cas, que le marché est dynamique et en pleine croissance. En plus de ces salons, l'Anaé tente de représenter les métiers de l'événement dans de multiples manifestations. Nous serons présents, cette année, pour la première fois, au Festival de Biarritz. L'événementiel renoue en fait avec sa famille d'origine, l'audiovisuel. Le Fitac est un autre rendez-vous important pour l'Anaé. Les collectivités locales représentent en effet un marché important, à condition toutefois qu'elles veuillent bien s'adresser à des agences autres que régionales.

Envoyer par mail un article

L'Anaé est un label de qualité

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies