Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Il faut rendre le public plus participatif

03/04/1998

Pour le coprésident d'Expand Images, tous les grands genres existent dans tous les pays. L'innovation est plutôt à chercher dans l'interactivité.

Quelles tendances décelez-vous pour la télévision de demain? Dominique Ambiel. Je serai très prudent sur les programmes de demain. La télévision généraliste est, et restera, le réceptacle de tous les types de programmes. Les genres lourds ont toujours existé et existeront toujours. La fiction restera ainsi un genre de fond. Il est possible que ses formats évoluent, mais ceci ne constitue pas une grande innovation en soi. La fiction lourde de 90minutes continuera donc d'exister, avec ou sans héros récurrents. En revanche, après la frénésie qu'a connue la France sur ce point, on peut supposer que les chaînes en proposeront moins. À terme, elles n'en diffuseront certainement qu'une par semaine, bien financée, comme le font les networks américains. Votre raisonnement s'applique-t-il aussi aux documentaires, qui semblent en vogue? D.A. La plupart des chaînes souhaitent programmer des documentaires en prime time. Comme pour les fictions, méfions-nous du trop, qui risque de tuer le genre. Cela dit, encore une fois, cette tendance n'est pas une nouveauté.Cinq Colonnes à la Unen'était rien d'autre que du documentaire diffusé en prime time. Et il y en a eu quasiment à toutes les époques. Comment expliquez-vous cette renaissance? D.A. Ces moments de crêtes de programmes sont liés au goût du public, mais aussi à des questions de coût. N'oublions pas qu'il est moins cher de faire du documentaire que de la fiction. De la même façon, en matière de jeux,Le Juste Prixrapporte à TF1, en recettes publicitaires, environ dix fois plus que ce qu'il coûte. À l'étranger, constate-t-on la même pérennité des grands genres de la télévision? D.A. Tous les grands genres existent dans tous les pays. Prenons l'exemple des jeux, dans lesquels Expand Images est très présent. Ils constituent partout 30% des grilles de programmes. N'est-il donc plus possible d'innover en télévision? D.A. La seule innovation que nous puissions apporter aujourd'hui doit être de rendre le public plus participatif. Nous sommes d'ailleurs en train de jouer de plus en plus cette carte de l'interactivité dans nos jeux. Une tentative avait déjà eu lieu sur France3 avecHugo Délires,mais peut-être étions-nous trop en avance. Aujourd'hui, nous travaillons à insérer le plus d'interactivité possible dansPirates,le jeu d'aventures pour enfants que nous préparons pour France3. Entretien: L.G.

Envoyer par mail un article

Il faut rendre le public plus participatif

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.