Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

JEAN-MARIE MESSIER

J6M, tu en fais trop

01/12/2000

Le futur président de Vivendi Universal s'est forgé une image de grand communicant pour endosser ses nouveaux métiers de l'image et du son. Comment est né Jean-Marie après Messier?

C'est un scoop: le 14novembre dernier, à Genève, Jean-Marie Messier n'a pas été giflé, comme l'a prétendu la presse. La nouvelle a été montée en épingle d'après une information duJournal de Genèverelatant une séance de dédicaces de l'auteur deJ6M.com.Un groupe d'étudiants protestant contre le prix de l'eau est simplement venu faire du raffut devant son stand au nom de la «défense du prolétariat». Quelques lecteurs se sont alors interposés pour empêcher que la situation ne dégénère. Voilà pour les faits. Loin de démentir la gifle, J2M en a tiré d'emblée une philosophie générale:«Quand on fait un métier public, il faut accepter la transparence et la confrontation. J'aime les formes plus organisées de débat, mais ce micro-incident fait partie des risques du métier. Il ne peut pas y avoir que des avantages à être patron!»

De l'obscurité totale au soleil

Polo Lacoste noir, un verre de Coca à la main, sur une banquette d'un beau cuir rouge, les écrans d'ordinateurs allumés en permanence, J2M reçoitStratégies,ce 15novembre, affable et souriant, avec la décontraction des grands patrons américains des médias. Pour la photo, il a insisté pour être pris dans sa librairie multimédia, quelques étages plus bas, plutôt que dans un banal couloir(«On l'a déjà fait des centaines de fois.»). Rien à voir avec l'homme qui arpentait, il y a trois ans, la moquette épaisse du très classique hôtel particulier de la Générale des eaux, rue d'Anjou. Rien à voir non plus avec celui qui a fait sa première photo de presse en 1986, quand il était au ministère de l'Économie et des Finances:«Il était caché derrière un rideau»,se souvient Jacques Boissay, ancien duNouvel Économiste,aujourd'hui responsable du service photo de Vivendi. Haut fonctionnaire ou banquier chez Lazard, Messier avait la volonté d'être le plus discret possible.«Il est passé de l'obscurité totale au soleil»,résume Boissay. Si J2M se défend de faire comme Louis XIV, qui expliquait à Lully quelle musique il devait composer, il a incontestablement le sceau du souverain quand il s'agit d'orchestrer son rayonnement, pardon, sa médiatisation.«Il ne fait rien par ego,assure son entourage,il a été poussé dans le système de la personnalisation à outrance, et c'est allé parfois plus loin qu'il ne le voulait. Mais s'il fait tout ça, c'est uniquement parce qu'il pense que c'est utile à son groupe.»«Tout ça»,c'est cette formidable mécanique de communication qui s'est déployée depuis ce jour de la mi-juin où il a annoncé qu'il prenait le contrôle de Seagram pour créer Vivendi Universal. Depuis, Jean-Marie Messier n'a pas arrêté: il a fallu expliquer et réexpliquer devant la presse et au cours de ces fameux road shows où le patron met son entreprise à nu devant les analystes financiers. Selon son service de presse, le futur président de Vivendi Universal ne consacre que 10% de son temps aux médias, soit guère plus de dix heures par semaine. Mais c'est sans compter les séminaires internes, les grands-messes avec les salariés de Vivendi, les réunions d'analystes financiers, etc.

L'incarnation du chef

J2M a la passion du verbe qui explique et rapproche. Il est capable de rester jusqu'à 7h du matin avec les 10000jeunes recrues de Vivendi pour nourrir son besoin de proximité avec ses troupes. À l'inverse de son prédécesseur, Guy Dejouany, qui ne supportait pas d'être à plus de deux dans un bureau et qui poussa la discrétion jusqu'à refuser le titre de Manager de l'année duNouvel Économiste,Jean-Marie Messier est un patron fédérateur à la fibre sociale communicative. Sans doute y a-t-il chez lui un côté napoléonien à rechercher ainsi l'adhésion populaire dans l'incarnation du chef. La veille d'une assemblée générale, il n'est pas rare de le voir débarquer dans une salle pour répéter son discours (celle du 5décembre, qui votera la création de Vivendi Universal, aura lieu dans la Cour carrée du Louvre). Avant sa rencontre avec les salariés de Canal+, le 22novembre, il a, en bon élève consciencieux, repassé toutes les questions qu'on était susceptible de lui poser. Dans cette fonction«d'animateur»,comme il dit, il ne manque d'ailleurs pas de charisme. Que ce soit devant 1500cadres réunis à Chicago ou devant les 10000salariés d'Universal à Los Angeles, il ne boude pas son émoi:«Je me donne mes plus grands frissons,écrit-il dansJ6M.com, un plaisir presque charnel. On se sent réellement sur les planches.»L'homme sait aussi y faire avec les médias. C'est en 1998, lors de la reprise d'Havas à 100% qu'il les a pour ainsi dire découverts.«Vivendi venait d'annoncer une grosse opération dans l'environnement où il n'y avait guère plus de 15journalistes,se souvient un proche.Quelques jours plus tard, dans le même pavillon Ledoyen, il y avait 150journalistes pour Havas.Il a compris que son arrivée dans le secteur des médias allait lui-même le médiatiser.»Depuis, J2M se plaît à se construire une image de patron moderne et démocratique qui n'a rien à envier à celle d'un Pierre Lescure.

La création de Jean-Marie

Son arme de choix, c'est d'abord la création de Jean-Marie. Un personnage de plus en plus familier que Messier doit d'abord à son livre.«Bien sûr,explique-t-on à Vivendi, J6M.comn'a pas été écrit par lui.»C'est Christine Mital, journaliste auNouvel Observateur,qui a tenu sa plume. Et Sylvie-Pierre Brossolette, directrice de la collection Hachette Littérature, qui serait arrivée à ses fins après deux ans de demandes infructueuses. Avec 60000exemplaires vendus, une prochaine réédition en livre de poche, ses anecdotes et son histoire,J6M.coma beaucoup fait pour humaniser Messier et légitimer son projet de création de Vivendi Universal. La version anglaise est distribuée comme un simple dossier de presse aux journalistes américains. On y découvre un Jean-Marie«gestionnaire de contradictions»,qui se veut anticonventionnel et n'aime rien tant que les contre-pouvoirs. N'a-t-il pas autorisé les syndicats à s'adresser directement aux salariés sur l'Intranet de Vivendi? Il le dit lui-même:«La meilleure façon de prévenir les risques, c'est d'accepter publiquement la confrontation.»Vous n'aimez pas ce patron tout puissant sorti de la banque Lazard après avoir été chargé des privatisations chez Balladur en 1986? Pas de problème, Jean-Marie assume. Le 5novembre, vous avez pu l'écouter sur France Inter débattre du totalitarisme des multinationales avec Philippe Val, rédacteur en chef deCharlie hebdo.Vous jugez la mondialisation périlleuse pour l'exception culturelle de la France? Jean-Marie annonce, en octobre, à la Cité de la réussite, qu'il rêve d'un débat avec José Bové. Vous en avez assez de cet énarque libéral et croyant, qui proclame qu'«Internet est de gauche»et qui se donne des allures de «tycoon» hollywoodien? Jean-Marie Messier vous apprend qu'il est entré à l'ENA sans passer le concours, en sa qualité de polytechnicien, qu'il est scrupuleusement«apolitique»et que les graphologues de chez Total, à sa sortie de l'école, lui promettaient un piètre avenir(«Manque d'ambition»).Enfin, vous pensez, après l'avoir vu àBouillon de cultureou dansParis Matchavec sa chaussette trouée, que décidément, Jean-Marie en fait trop. Eh bien, c'est justement la première phrase que vous trouvez en exergue du prologue de son livre,J6M.com.

Envoyer par mail un article

J6M, tu en fais trop

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.