Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

JEUX D'ADRESSE

Gare aux cybersquatteurs Nom de nom!

01/12/2000

De J10M.com à jean-marie-messier.com, les tribulations de Vivendi dans le cyberespace

Jean-Marie Messier Moi-Même Maître du Monde» a décidément bien des soucis avec les noms de domaines. En septembre dernier, alors qu'il vient de publierJ6M.com, les lecteurs internautes qui ont la curiosité de regarder à quoi mène cette adresse découvrent le site d'une petite société brésilienne de fournitures de bureau... Quelques semaines plus tard, J6M.com renvoie cette fois vers deux pages dépouillées présentant le livre. Avec un peu de retard, Vivendi a finalement réussi à racheter le nom de domaine.«Nous avons juste payé les frais techniques, soit quelques milliers de francs», assure Christine Delavennat, directrice de la communication de Vivendi. Jean-Marie Messier serait en tout cas bien inspiré de ne pas susciter l'inflation de son surnom en passant, par exemple, de J6M à J7M car... J7M.com mène vers un site pornographique. Les noms de domaines suivants sont eux aussi réservés: J8M.com et J9M.com sont la propriété d'une société spécialisée dans la vente de noms. Quant aux J10M.com, J11M.com et J12M.com, ils appartiennent à un certain Adrien Benamou. J6M.com lui a donné des idées:«Je me suis lancé dans la création de noms de domaine et j'ai enregistré ces noms sur ma lancée, pour m'amuser»,explique-t-il. Un gag certes, mais Adrien Benamou se dit prêt à discuter le jour où...«C'est absurde! Nous ne déposerons jamais J10M ou J11M en tant que marque!»,répond Christine Delavennat. La directrice de la communication de Vivendi semble en tout cas blasée:«Je reçois pratiquement tous les jours des e-mails de gens divers et variés qui me disent qu'ils possèdent tel nom de domaine et qui veulent nous le vendre... C'est un petit jeu sur toutes les marques du groupe!»Vivendi est d'ailleurs très entouré: vivendy.com a été déposé en juin dernier, suivi quelques mois plus tard par un vivvendi.com. Curieusement, ces deux adresses ne mènent vers aucun site...

Des intentions pas toujours très claires

Avec Vizzavi, Vivendi a connu quelques mésaventures. Alors que le groupe prépare le lancement de son portail WAP, il se rend compte que la marque appartient au cybercafé «vis@vis», co-fondé par Ababacar Diop, l'ancien porte- parole du mouvement des sans-papiers. Le magazineTransfert, qui révèle l'affaire, affirme que Vivendi a versé 24MF pour que les propriétaires acceptent la coexistence des deux appellations. Depuis cette péripétie, Vizzavi pourrait faire un autre heureux. La société alsacienne Ifria, spécialisée dans l'hébergement de sites Web et la création d'annuaires de sites locaux, est bien décidée à monnayer son vizavi.com, déposé en juillet 1999, et qui renvoie pour l'heure les internautes vers zeemo tor.com, un annuaire de sites alsaciens. Jean-Benoît Kauffmann, cogérant de la société, souligne qu'il a contacté Vivendi pour trouver une solution et que«les négociations sont en cours. Cela peut être une bonne opportunité pour nous!»Si Ifria a enregistré vizavi.com de bonne foi, d'autres ont déposé des noms proches de Vizzavi avec des «y» et autres double «v» en espérant un rachat. C'est par exemple le cas de Bulkregister, une société spécialisée dans la vente de noms de domaines basée à Jersey qui propose dans son catalogue un vizavvi.com. Le jackpot en vue? Pas si sûr!«Vizzavi est soutenu par une importante publicité,tempère Christine Delavennat.On peut se dire que la notoriété sera telle que tout le monde visualisera Vizzavi avec son orthographe exacte.»Le président de Vivendi est lui aussi l'objet de toutes les attentions de la part des cybersquatteurs. S'il possède jmmessier.com, les noms de domaines jean-marie-messier.com et jean-marie messier.com sont toujours à vendre auprès d'une société londonienne, Cube Software International. Jeanmariemes sier.com aurait, quant à lui, déjà dû revenir à son propriétaire légitime. Le nom de domaine à été déposé par un journaliste pigiste àMarianne, Frédéric Royer, qui affirme avoir voulu protéger les personnalités des cybersquatteurs.«J'ai aussi enregistré francoishenrypineau.com, lionel- jospin.com, thierryardisson.com ou francois hollande.com,affirme-t-il.J'ai déjà rendu francoishenrypineau.com à son propriétaire moyennant simplement le prix de la réservation du nom et, à la demande de Vivendi, j'ai effectué les démarches auprès de mon hébergeur en mai dernier pour céder jean mariemessier.com. Cela a échoué mais je ne sais pas pourquoi.»Depuis cette tentative, Vivendi n'a plus contacté Frédéric Royer et les différents noms de domaines que ce dernier a déposés renvoient pour l'instant les visiteurs vers son propre magazine satirique en ligne, examineur.com. Une bonne façon de faire sa promotion... qui n'amuse pas la direction de Vivendi.

Envoyer par mail un article

Gare aux cybersquatteurs Nom de nom!

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.