Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

TREIZE, LA SÉRIE

Que sont-ils devenus ?

01/12/2000

Parmi tous les Hommes de l'année de Stratégies, onze font encore l'actualité des affaires et du monde de la communication. Un seul a disparu et deux se sont retirés. Retour sur des hommes de pouvoir.

Un an après, Daniel Bernard n'a pas failli à sa réputation d'Homme de l'année. Le président de Carrefour Promodès n'a pas chômé au cours de ces douze derniers mois. Sur Internet d'abord, avec des prises de participation dans meubles.com et Webcity. En France ensuite, avec l'acquisition de dix-sept stations TotalFinaElf. À l'international enfin, avec la prise de contrôle du leader belge de la grande distribution, GB, et les joint-ventures créés avec le groupe suisse Maus et le grec Marinopoulos. Seul couac, la fermeture des quatre magasins du géant de la distribution ouverts depuis 1996 à Hong-Kong. Toujours sous les feux de l'actualité, Daniel Bernard l'a aussi été malgré lui. Le retrait dans trente-neuf de ses magasins de viande bovine suspectée d'être contaminée par la maladie de la vache folle et l'affaire sur un éventuel délit d'initiés lors de la fusion entre Carrefour et Promodès lui ont sans doute gâché cette fin d'année. Un autre Homme de l'année, Pierre Lescure, Pdg de Canal+, fait aussi le bonheur des journaux. Ses démêlés avec Jean-Marie Messier, l'élu de cette année, déjà distingué en 1997, ont animé les dîners en ville, ces derniers mois. Dans cette bataille de pouvoir, un troisième Homme de l'année, sacré en 1992, André Rousselet, fondateur de Canal+, s'est aussi jeté dans la mêlée en se fendant d'une tribune au vitriol dansLe Monde. Jacques Calvet, ex-Pdg de PSA (millésime 1988), est bien loin de tout ça. Il est aujourd'hui en semi-retraite après avoir vainement tenté une percée en politique.

Le poids de l'audiovisuel

De fait, sur ces dix dernières années, l'audiovisuel a largement monopolisé le palmarès des Hommes de l'année. Depuis le début des années 90, sept patrons liés à l'audiovisuel ont été distingués. À ce jour, seul André Rousselet a décroché, contraint et forcé, en 1994. Jean Drucker et Nicolas de Tavernost, alors Pdg et directeur général de M6, sont restés fidèles à «la plus petite des grandes chaînes». Le premier, à qui fut prêtée l'intention de postuler à la présidence de l'AFP, a pris du recul en accédant à la tête du conseil de surveillance du groupe pendant que son dauphin devenait président du directoire. De son côté, Jean-Marie Cavada a successivement zappé de La Cinquième à RFO, puis à Radio France. En dehors du petit écran, seuls Axel Ganz de Prisma Presse, toujours fidèle au poste, et Jean-Paul Goude en 1991 ont su tirer leur épingle du jeu. Le créateur, un peu en retrait, vient tout de même de signer la dernière campagne duMondial 1998. Mais le rôle du petit écran n'est pas totalement étranger à ce choix. Il est désormais directeur technique national du football français. La libéralisation de l'audiovisuel a été fatale aux publicitaires. Depuis 1991 et Alain de Pouzilhac, alors président d'Euro RSCG, ils n'ont plus réussi à être Homme de l'année. Ce n'est pas par manque d'initiatives, tant du côté d'Havas Advertising avec le rachat cette année de l'américain Snyder que de celui de son concurrent Publicis, acquéreur de l'anglais Saatchi&Saatchi. On n'ose imaginer l'énergie que devra déployer le fondateur de BDDP, Jean-Claude Boulet, Homme de l'année 1989, pour se hisser à nouveau sur la plus haute marche avec son nouveau groupe Harrison&Wolf. Francis Bouygues, premier Homme de l'année pour avoir racheté TF1 en 1987, avait déjà montré que la voie de la consécration passait avant tout par le petit écran.

Envoyer par mail un article

Que sont-ils devenus ?

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.