Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Cohabitation

An Englishman in Paris

19/12/2000

Pour Stratégies, 2000 a été l'année du lancement d'un magazine en langue anglaise, Strategieseurope, destiné aux managers internationaux du marketing. Nous avons donc accueilli des Anglais à la rédaction! Si une telle aventure devait un jour vous arriver, voici quelques conseils pour soigner vos relations avec eux.

Un matin, en arrivant au bureau, vous repérez des gens étranges assis dans un coin. Leurs yeux sont souvent bleus, leur peau est pâle et leurs cheveux bizarres. Ce ne sont assurément pas des Latins. Quand vous leur adressez la parole, ils répondent dans un dialecte étrange qui sonne français, mais qui n'en est pas. Ça sonne plutôt comme du Scrabble. La situation devient bientôt plus claire: un Anglais est dans la place. Quand vous avez réalisé ce qui vous arrive, surtout, ne paniquez pas. Évidemment, les Anglais sont étranges. Mais en les manipulant avec précaution, un peu comme un verre de whisky pur malt, ils peuvent s'avérer très agréables. Voici quelques conseils que je vous encourage à suivre pour tirer le meilleur parti de votre collègue britannique. D'abord et surtout, ne comptez pas sur lui pour parler votre langue. Les Anglais apprennent à l'école que le monde entier parle la même langue qu'eux. Si vous connaissez un(e) Anglais(e) qui parle le français, c'est sans doute votre conjoint(e). La conversation est un art difficile, surtout quand il faut parler culture. Les Anglais ne connaissent ni les groupes musicaux ni les acteurs français, à l'exception peut-être de Vanessa Paradis. Ne comptez donc pas en faire des fans de Johnny Hallyday.

Une bien étrange manière de travailler...

Au travail, ne soyez pas surpris par les curieuses habitudes de votre collègue anglais, comme par exemple de répondre à un téléphone qui n'est pas le sien, ou arriver et partir tôt. La pratique des trente-cinq heures le laisse apparemment de marbre. Généralement aussi, il se contente d'un petit sandwich au pain de mie pour le déjeuner. Soyez patient: ce n'est qu'une période de transition. Il s'adaptera vite. Quand vous connaîtrez mieux votre collègue, il pourrait vous venir à l'esprit de l'inviter à dîner. Ne croyez pas qu'il partagera forcément votre amour du vin, du foie gras, du fromage et autres curiosités locales. Tout le monde sait que les Anglais sont au régime bière et curry. Si vous êtes une femme et que votre ami anglais est un homme, ne comptez pas sur lui pour se montrer galant, allumer votre cigarette, vous verser un peu de vin, etc. Les ligues féministes anglaises l'ont depuis longtemps dissuadé d'agir ainsi. Vous vous apercevrez très vite que votre collègue anglais veut aller dans des restaurants, des cafés ou des discothèques à la mode... d'il y a trois ans. Un comportement plus connu sous le nom de «syndrome Barfly». Un peu de patience: les six premiers mois, votre Anglais se sent un peu en vacances. Au café, il peut faire preuve d'une certaine impatience. C'est bien normal: il n'a pas l'habitude d'attendre un serveur. En Angleterre, la règle veut que l'on joue des bras et des coudes au bar. Vous aurez aussi l'impression que côté boisson, il a une bonne descente! C'est parce qu'il n'a pas encore assimilé le fait qu'en France, les bars ont le droit de rester ouverts après minuit, ce qui n'est pas le cas chez lui. N'essayez en aucune façon de boire aussi vite que lui. Vous finiriez à l'hôpital... Si votre relation se transforme en romance, ne prenez pas sa réserve pour un manque d'intérêt. Cela fait partie de son éducation. Après dix ans et quelques verres, votre compagnon vous avouera qu'il«pourrait vous aimer, en fait». Si vous souhaitez seulement rester bons amis, n'essayez surtout pas de l'embrasser, même sur les joues. Une franche poignée de main suffit. Respectez ces principes, et la vie avec votre collègue anglais sera riche et amusante. Et si cela ne marche pas, vous pouvez toujours vous offrir une franche rigolade en écoutant son accent.

Envoyer par mail un article

An Englishman in Paris

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.