Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Vers la fin du «funky management»?

05/01/2001

Dans l'industrie du Web, 2001 promet d'être moins favorable aux embauches que 2000. Mais la bataille pour recruter les meilleurs profils va continuer. Dans la nouvelle économie, 2000 aura été l'année de tous les contrastes. Après des débuts euphoriques, l'industrie du Web a connu un brutal retournement de tendance en avril avec la chute du Nasdaq. La situation de l'emploi a suivi cette évolution: les entreprises traditionnelles, qui ont d'abord perdu de précieux éléments, les ont récupérés quelques mois plus tard. Et les premiers licenciements ont été enregistrés à la rentrée dans les start-up. Mais, au total, l'année 2000 n'en a pas moins été très favorable aux candidats. Ainsi, du côté des régies, 24/7 est passée de 7 à 25employés en un an, Hi Media a recruté 25personnes et Wanadoo Voilà Régie a embauché une vingtaine de commerciaux. Même tendance du côté des Web agencies: créée en juin 1999, Duke compte aujourd'hui 47salariés, tandis qu'Ecritel.Net, née en mars 2000, rassemble déjà 55personnes.

L'ambiance plus que les salaires

Pour procéder à ces recrutements, rares sont les sociétés qui ont fait appel à des cabinets spécialisés ou des chasseurs de têtes. La plupart des embauches ont eu lieu par cooptation ou sur annonces.«Même si cela prend du temps, mon associée, Christine Santarelli, et moi rencontrons nous-mêmes tous les candidats», indique Matthieu de Lesseux, cofondateur de Duke. Les chefs de publicité, directeurs de clientèle, assistants commerciaux, juniors comme seniors, ont été particulièrement demandés. Pour attirer les meilleurs, les sociétés ont évité l'inflation des salaires, composés d'une partie fixe et d'une partie variable (primes ou plan de stock-options). Elles ont plutôt insisté sur l'ambiance et l'intérêt du poste.«Les relations de travail sont formidables ici,témoigne d'ailleurs Éric Giordano, chef de publicité chez Hi Media.La hiérarchie n'est absolument pas pesante.»Entré dans la société il y a un an, ce jeune homme de 26ans prépare déjà sa future promotion: il sera directeur de clientèle dans six mois. La situation sera-t-elle toujours aussi favorable aux candidats en 2001? Pas sûr.«Il faut s'attendre à des concentrations dans notre secteur,estime Pierre-Louis Fontaine, directeur marketing et communication chez Adlink.Il va donc y avoir plus de demandeurs d'emploi sur le marché.»D'autant que la plupart des entreprises ont constitué leurs équipes. Peu de recrutements sont prévus chez Wanadoo Voilà Régie et chez 24/7 au cours de l'année qui vient. Adlink envisage l'embauche de trois commerciaux. Hi Media table sur cinq nouvelles recrues. Les besoins seront plus importants en agence. Duke évalue les siens à une trentaine de personnes sur tous types de postes. Ecritel.Net, pour sa part, entend en accueillir une centaine. Les employeurs devront cependant, cette année encore, se battre pour attirer les meilleurs profils. Ainsi, selon Pierre-Louis Fontaine,«il faudra pouvoir leur proposer le meilleur package, c'est-à-dire le meilleur équilibre entre salaire, intéressement et intérêt du travail.»Catherine Gaudenz

Envoyer par mail un article

Vers la fin du «funky management»?

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.